À mes amis : Différence entre versions

La culture en toute liberté.
Aller à : Navigation, rechercher
(Nouvelle page : <poem> Voilà quelques temps que cette idée occupe mon esprit, Poser quelques lignes dédiées à tous mes amis. Ce qui m’y pousse est avant tout un sentiment de gratitude Pour to...)
 
 
Ligne 3 : Ligne 3 :
 
Poser quelques lignes dédiées à tous mes amis.
 
Poser quelques lignes dédiées à tous mes amis.
 
Ce qui m’y pousse est avant tout un sentiment de gratitude
 
Ce qui m’y pousse est avant tout un sentiment de gratitude
Pour tout ces merveilleux souvenirs des moments partagés
+
Pour tous ces merveilleux souvenirs des moments partagés
 
De ce qui je l’espère de nos vies ne fut que le prélude.
 
De ce qui je l’espère de nos vies ne fut que le prélude.
 
Car des vies longues et heureuses est le moindre que je puisse vous souhaiter.
 
Car des vies longues et heureuses est le moindre que je puisse vous souhaiter.
Et jamais assez je ne vous remerçierais pour tout ce que vous m’avez apporté.
+
Et jamais assez je ne vous remercierai pour tout ce que vous m’avez apporté.
Autant qu’il est vrai il existe des parties de chacun de vous en moi,
+
Autant qu’il est vrai, il existe des parties de chacun de vous en moi,
Il y a en mon cœur pour vous une place illimité.
+
Il y a en mon cœur pour vous une place illimitée.
C’est cet amour qui sais me réchauffer des hivers et des peines les plus froids,
+
C’est cet amour qui sait me réchauffer des peines et des hivers les plus froids,
Que je considère comme le plus beau des présents qu’on m’ai jamais fait,
+
Que je considère comme le plus beau des présents qu’on m’ait jamais fait,
 
Et que je je tiens, aussi minime cela soit-il, par ces mots à vous renvoyer.
 
Et que je je tiens, aussi minime cela soit-il, par ces mots à vous renvoyer.
  
En ce monde si plein de malheur et de haine, je fut bien loti de tomber loin de la misère et de la guerre et de ne souffrir d’aucun maux grave, mais par delà encore ma chance fut de vous avoir connu.
+
En ce monde si plein de malheur et de haine, je fus bien loti de tomber loin de la misère et de la guerre et de ne souffrir d’aucun maux grave, mais par delà encore ma chance fut de vous avoir connu.
 
</poem>
 
</poem>
  
 
[[Catégorie:Poésie]]
 
[[Catégorie:Poésie]]

Version actuelle en date du 11 septembre 2013 à 17:52

Voilà quelques temps que cette idée occupe mon esprit,
Poser quelques lignes dédiées à tous mes amis.
Ce qui m’y pousse est avant tout un sentiment de gratitude
Pour tous ces merveilleux souvenirs des moments partagés
De ce qui je l’espère de nos vies ne fut que le prélude.
Car des vies longues et heureuses est le moindre que je puisse vous souhaiter.
Et jamais assez je ne vous remercierai pour tout ce que vous m’avez apporté.
Autant qu’il est vrai, il existe des parties de chacun de vous en moi,
Il y a en mon cœur pour vous une place illimitée.
C’est cet amour qui sait me réchauffer des peines et des hivers les plus froids,
Que je considère comme le plus beau des présents qu’on m’ait jamais fait,
Et que je je tiens, aussi minime cela soit-il, par ces mots à vous renvoyer.

En ce monde si plein de malheur et de haine, je fus bien loti de tomber loin de la misère et de la guerre et de ne souffrir d’aucun maux grave, mais par delà encore ma chance fut de vous avoir connu.

Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Actions
Wiki
Communauté
Dépôt multimedia
Boîte à outils