Aharaha : Différence entre versions

La culture en toute liberté.
Aller à : Navigation, rechercher
 
Ligne 1 : Ligne 1 :
 
<poem>
 
<poem>
 
Aharaha, Aharaha, protecteur de l'au-delà,
 
Aharaha, Aharaha, protecteur de l'au-delà,
Embrasse moi, aiguise ma foi, ton honneur est ma voie.
+
Embrasse-moi, aiguise ma foi, ton honneur est ma voie.
 
Du tout puissant infime, au ridicule cosmos
 
Du tout puissant infime, au ridicule cosmos
Tu règnes sur les cimes d'une putride fausse.
+
Tu règnes sur les cimes d'une putride fosse.
 
Aharaha, Aharaha, quel puissant fracas
 
Aharaha, Aharaha, quel puissant fracas
Quand surgie le poids qu'impose ta voix; l'éternel écho en garde l'éclat.
+
Quand surgit le poids qu'impose ta voix ; l'éternel écho en garde l'éclat.
 
Ton indomptable sagesse précède même le temps !
 
Ton indomptable sagesse précède même le temps !
Prodige dont nos esprits en liesses s échinent à cloîtrer les fondements.
+
Prodige dont nos esprits en liesses s’échinent à cloîtrer les fondements.
 
Aharaha, Aharaha, ultime mélasse où je me noie.
 
Aharaha, Aharaha, ultime mélasse où je me noie.
Mon être en émoi s'imprègne de toi et sous tes saccades c'est ma raison qui ploie.
+
Mon être en émoi s'imprègne de toi et sous tes saccades c'est ma raison qui ploit.
 
Tant tu pénètres mon moindre orifice en ne laissant nul creux
 
Tant tu pénètres mon moindre orifice en ne laissant nul creux
 
Qu'en épitaphe on pourra lire surplombant mon sépulcre
 
Qu'en épitaphe on pourra lire surplombant mon sépulcre

Version actuelle en date du 11 septembre 2013 à 17:55

Aharaha, Aharaha, protecteur de l'au-delà,
Embrasse-moi, aiguise ma foi, ton honneur est ma voie.
Du tout puissant infime, au ridicule cosmos
Tu règnes sur les cimes d'une putride fosse.
Aharaha, Aharaha, quel puissant fracas
Quand surgit le poids qu'impose ta voix ; l'éternel écho en garde l'éclat.
Ton indomptable sagesse précède même le temps !
Prodige dont nos esprits en liesses s’échinent à cloîtrer les fondements.
Aharaha, Aharaha, ultime mélasse où je me noie.
Mon être en émoi s'imprègne de toi et sous tes saccades c'est ma raison qui ploit.
Tant tu pénètres mon moindre orifice en ne laissant nul creux
Qu'en épitaphe on pourra lire surplombant mon sépulcre
Aharaha gloire à toi, gloire à toi Aharaha.

[modifier] Informations légales

Cette œuvre est basée sur une œuvre originale sous licence art libre.

Source :

Auteurs de l'œuvre originale : psychoslave

Licences : N/A

Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Actions
Wiki
Communauté
Dépôt multimedia
Boîte à outils