La chute : Différence entre versions

La culture en toute liberté.
Aller à : Navigation, rechercher
(publication)
 
 
Ligne 11 : Ligne 11 :
  
 
Comme une prophète prédiquant sa nation
 
Comme une prophète prédiquant sa nation
Elle fut précipité, seule, à damnation.
+
Elle fut précipitée, seule, à damnation.
 
Ô voila que l'aria, escortant ce déclin,
 
Ô voila que l'aria, escortant ce déclin,
 
Tente d'obnubiler son fatum sibyllin ;
 
Tente d'obnubiler son fatum sibyllin ;
  
 
Alentissant ainsi le tragique plongeon.
 
Alentissant ainsi le tragique plongeon.
Accepter ce soutient ferait d'elle une félon !
+
Accepter ce soutien ferait d'elle une félon !
 
D'où sa saillie fendant les remparts perméables
 
D'où sa saillie fendant les remparts perméables
 
De ces freins s'opposant à l'inéluctable.
 
De ces freins s'opposant à l'inéluctable.
Ligne 22 : Ligne 22 :
 
Finalement, l'impact ! Son corps frêle s'éclate
 
Finalement, l'impact ! Son corps frêle s'éclate
 
Dru en une myriade de lambeaux écarlates
 
Dru en une myriade de lambeaux écarlates
Incapablent d'infiltrer l'étanche rocaille hostile.
+
Incapable d'infiltrer l'étanche rocaille hostile.
 
Elle se répand ruisselante, gît inerte, inutile.
 
Elle se répand ruisselante, gît inerte, inutile.
  

Version actuelle en date du 11 septembre 2013 à 18:38

À sa déchéance, aucune soustraction
Ne pouvait advenir ; car en lettres de plomb
Son destin fut scellé, encré dans le Livre.
Quand un nu étranger vint chez elle pour vivre

Le tonnerre éclata. Et avec lui l'état
Précaire mais stable d'un peuple lauréat
S'abolit prestement. Des millions tombèrent !
Mais bien avant cela, elle chut la première.

Comme une prophète prédiquant sa nation
Elle fut précipitée, seule, à damnation.
Ô voila que l'aria, escortant ce déclin,
Tente d'obnubiler son fatum sibyllin ;

Alentissant ainsi le tragique plongeon.
Accepter ce soutien ferait d'elle une félon !
D'où sa saillie fendant les remparts perméables
De ces freins s'opposant à l'inéluctable.

Finalement, l'impact ! Son corps frêle s'éclate
Dru en une myriade de lambeaux écarlates
Incapable d'infiltrer l'étanche rocaille hostile.
Elle se répand ruisselante, gît inerte, inutile.

Mais rien ne jouit d'un long repos en ce cosmos
Et déjà sous les jeux de lumières de Hélios
Tous ses éclats s'agitent, s'échauffent, s'allègent, s'envolent.
Qu'il est curieux de voir la si puissante idole

– Qui soumet tant d'astres au seul moyen du poids
De sa radieuse présence à de bien pesantes lois –
Employer de sa force en si menus travaux
Qu'arracher à ce lieu la plus banale goutte d'eau.

[modifier] Informations légales

Cette œuvre est basée sur une œuvre originale sous licence art libre.

Source :

Auteurs de l'œuvre originale : psychoslave

Licences : N/A

Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Actions
Wiki
Communauté
Dépôt multimedia
Boîte à outils