Roger Vailland : Différence entre versions

La culture en toute liberté.
Aller à : Navigation, rechercher
Ligne 13 : Ligne 13 :
 
Sa biographie, il la rédige lui-même, avec son ironie habituelle :
 
Sa biographie, il la rédige lui-même, avec son ironie habituelle :
  
Curieux chemin que celui qui le mènera à la Résistance : parcours chaotique dans le journalisme pendant l'entre-deux-guerres, en 1939-40, il se 'désintéresse' de la guerre et de l'occupation jusqu'en 1942 où subitement, il entreprend une désintoxication drastique <ref> Voir la relation qu'il en fait dans son roman "La Fête" </ref> et entre en résistance avec courage et désinvolture, ce que rend bien son roman "Drôle de jeu", livre décalé sur la résistance, pris interallié 1945. Il se rapproche des communistes mais il reconnaît lui-même qu'il n'a pas le style communiste', il reste en marge, marqué encore par son milieu bourgeois tel le personnage de Marat. <ref> Voir se romans "Drôle de jeu" et "Bon pied, bon œil" </ref> C'est à cette époque qu'il prend contact avec le département de l'Ain, à Chavannes-sur-Reyssouze, département où il passera ensuite l'essentiel de sa vie. Déjà deux de ses grands thèmes apparaissent : la distance de soi à soi, la souveraineté.
+
Curieux chemin que celui qui le mènera à la Résistance : parcours chaotique dans le journalisme pendant l'entre-deux-guerres, en 1939-40, il se 'désintéresse' de la guerre et de l'occupation jusqu'en 1942 où subitement, il entreprend une désintoxication drastique <ref> Voir la relation qu'il en fait dans son roman "La Fête" </ref> et entre en résistance avec courage et désinvolture, ce que rend bien son roman "Drôle de jeu", livre décalé sur la résistance, pris interallié 1945. Il se- rapproche des communistes mais il reconnaît lui-même qu'il n'a pas le style communiste', il reste en marge, marqué encore par son milieu bourgeois tel le personnage de Marat. <ref> Voir se romans "Drôle de jeu" et "Bon pied, bon œil" </ref> C'est à cette époque qu'il prend contact avec le département de l'Ain, à Chavannes-sur-Reyssouze, département où il passera ensuite l'essentiel de sa vie. Déjà deux de ses grands thèmes apparaissent : la distance de soi à soi, la souveraineté.
  
D'Andrée à Élisabeth
+
'''D'Andrée à Élisabeth''' <br>
 +
Roger Vailland tourne la page, liquide son mariage-passion avec Andrée Blavette, dont il se sert pour écrire "Les Mauvais coups" <ref> "'' Milan, comme Vailland lui-même, ressemblait à un oiseau de proie : Le torse large, les membres courts, le visage comme un bec. Tu n'avais donc pas regardé les mains, les doigts crochus, ses mains : des serres, c'est un rapace. ''" </ref> Il liquide son enfance et sa famille dans "Un jeune homme seul", un jeune homme qui comme Vailland finira par rejoindre la Résistance. Roman d'apprentissage pour l'un, de la politique pour l'autre. Part d'autobiographie difficile à évaluer. Eugène-Marie Favard est et n'est pas Vailland, Roberte est et n'est pas Andrée Blavette... La vérité profonde du roman, c'est son organisation, sa mise en forme. Le roman du roman possède sa propre autonomie et plus le roman progresse, plus c'est vrai, reconnaît-il dans La Fête.
  
 +
Roger Vailland n'écrit un roman que s'il connaît bien la réalité qu'il dépeint. Ceci est d'autant plus vrai pour les 2 romans qu'il écrit après son adhésion au Parti communiste en 1952 : Le Clusot dans "Beau masque" et Bionnas dans "325.000 francs <ref> Le Clusot en réalité la commune de Saint-Rambert-en-Bugey et Bionnas en réalité la commune d'Oyonnax dans le département de l'Ain. </ref> il met en scène la vie des ouvriers et des ouvrières de l'industrie textile et celle de la matière plastique. "'' A l'époque où j'écrivais ce texte, écrit-il, j'habitais un hameau dans une clairière, au cœur de la forêt qui couvre les contreforts méridionaux du plateau d'Hauteville. ''" <ref> Il habitait alors avec Élisabeth le hameau des Allymes sur la commune d'Ambérieu-en-Bugey dans l'Ain </ref> Il développe quelques 'morceaux de bravoure' comme les appelle Jean-Jacques Brochier à propos de chasse dans "Les Mauvais coups" ou de course cycliste dans "325.000 francs". <ref> Sur ce sujet, voir son essai intitulé "De l'amateur" paru dans son recueil "Le regard froid" </ref>
 +
 +
''' Du bolchevik à Don César'''<br>
 +
Comme il s'est donné au libertinage ou à la Résistance, Vailland s'est aussi donné à la politique et au communisme. Et il n'avait pas l'habitude de faire les choses à moitié. Aussi vit-il le processus de déstalinisation engagé en 1956, comme un véritable traumatisme : "'' J'ai pleuré le jour de la mort de Staline. Et j'ai de nouveau pleuré sur le chemin de Moscou, à Prague j'ai pleuré toute une nuit. ''" <ref> Voir ses Écrits intimes à la journée du 5 juin 1956 et la biographie de Jean-Jacques Brochier pages 60 à 62 </ref> Dans son Journal intime, Vailland raconte comment il a décroché le portrait de Staline au-dessus de son bureau et évoque sa désintoxication de 1942. Pour lui, faire ce deuil équivaut à une nouvelle désintoxication, celle de ses illusions perdues qui le laissent impuissant, seul avec lui-même. Il tente de compenser par un voyage en Italie -c'est Élisabeth qui l'organise comme elle le fera en 1958 pour le voyage à La réunion.
  
  

Version du 15 juin 2011 à 09:49

ROGER VAILLAND ET SON ŒUVRE

un "libertin au regard froid",un jeune homme seul,
un militant communiste,un passionné du XVIIIe siècle,
un écrivain exigeant,un romantique, un classique, un surréaliste,
un cynique, un désenchanté,

tant d’images disparates, contradictoires,tant de facettes d’une personnalité à découvrir ... ou à redécouvrir...

Roger Vailland, tentative de description
Ce qu'il retient de sa jeunesse et sa participation au mouvement surréaliste : " Notre fierté se rebella : nous n'admettions pas d'être vaincus dès le départ; et nous avions de solides appétits. Nous décidâmes de devenir poètes. " C'est à Reims que lui et ses amis découvrirent la révolution surréaliste : " La révolution par la poésie. La poésie au pouvoir. Cela n'exige pas de capitaux. Nous étions décidément dans la bonne voie, la Voie royale. "

Sa biographie, il la rédige lui-même, avec son ironie habituelle :

Curieux chemin que celui qui le mènera à la Résistance : parcours chaotique dans le journalisme pendant l'entre-deux-guerres, en 1939-40, il se 'désintéresse' de la guerre et de l'occupation jusqu'en 1942 où subitement, il entreprend une désintoxication drastique [1] et entre en résistance avec courage et désinvolture, ce que rend bien son roman "Drôle de jeu", livre décalé sur la résistance, pris interallié 1945. Il se- rapproche des communistes mais il reconnaît lui-même qu'il n'a pas le style communiste', il reste en marge, marqué encore par son milieu bourgeois tel le personnage de Marat. [2] C'est à cette époque qu'il prend contact avec le département de l'Ain, à Chavannes-sur-Reyssouze, département où il passera ensuite l'essentiel de sa vie. Déjà deux de ses grands thèmes apparaissent : la distance de soi à soi, la souveraineté.

D'Andrée à Élisabeth
Roger Vailland tourne la page, liquide son mariage-passion avec Andrée Blavette, dont il se sert pour écrire "Les Mauvais coups" [3] Il liquide son enfance et sa famille dans "Un jeune homme seul", un jeune homme qui comme Vailland finira par rejoindre la Résistance. Roman d'apprentissage pour l'un, de la politique pour l'autre. Part d'autobiographie difficile à évaluer. Eugène-Marie Favard est et n'est pas Vailland, Roberte est et n'est pas Andrée Blavette... La vérité profonde du roman, c'est son organisation, sa mise en forme. Le roman du roman possède sa propre autonomie et plus le roman progresse, plus c'est vrai, reconnaît-il dans La Fête.

Roger Vailland n'écrit un roman que s'il connaît bien la réalité qu'il dépeint. Ceci est d'autant plus vrai pour les 2 romans qu'il écrit après son adhésion au Parti communiste en 1952 : Le Clusot dans "Beau masque" et Bionnas dans "325.000 francs [4] il met en scène la vie des ouvriers et des ouvrières de l'industrie textile et celle de la matière plastique. " A l'époque où j'écrivais ce texte, écrit-il, j'habitais un hameau dans une clairière, au cœur de la forêt qui couvre les contreforts méridionaux du plateau d'Hauteville. " [5] Il développe quelques 'morceaux de bravoure' comme les appelle Jean-Jacques Brochier à propos de chasse dans "Les Mauvais coups" ou de course cycliste dans "325.000 francs". [6]

Du bolchevik à Don César
Comme il s'est donné au libertinage ou à la Résistance, Vailland s'est aussi donné à la politique et au communisme. Et il n'avait pas l'habitude de faire les choses à moitié. Aussi vit-il le processus de déstalinisation engagé en 1956, comme un véritable traumatisme : " J'ai pleuré le jour de la mort de Staline. Et j'ai de nouveau pleuré sur le chemin de Moscou, à Prague j'ai pleuré toute une nuit. " [7] Dans son Journal intime, Vailland raconte comment il a décroché le portrait de Staline au-dessus de son bureau et évoque sa désintoxication de 1942. Pour lui, faire ce deuil équivaut à une nouvelle désintoxication, celle de ses illusions perdues qui le laissent impuissant, seul avec lui-même. Il tente de compenser par un voyage en Italie -c'est Élisabeth qui l'organise comme elle le fera en 1958 pour le voyage à La réunion.


1- Itinéraire de Roger Vailland : d'après Jean-Jacques Brochier, "Vailland, tentative de description", édition Losfeld, 1969
2- Roger Vailland et la fabrique de la peinture
2- Roger Vailland et la Grèce : L'influence de Plutarque -- Voyages en Grèce -- Costa Coulentianos

Liens externes
- Roger Vailland aux Allymes dans l'Ain par C. Broussas
- Site officiel

Références

  1. Voir la relation qu'il en fait dans son roman "La Fête"
  2. Voir se romans "Drôle de jeu" et "Bon pied, bon œil"
  3. " Milan, comme Vailland lui-même, ressemblait à un oiseau de proie : Le torse large, les membres courts, le visage comme un bec. Tu n'avais donc pas regardé les mains, les doigts crochus, ses mains : des serres, c'est un rapace. "
  4. Le Clusot en réalité la commune de Saint-Rambert-en-Bugey et Bionnas en réalité la commune d'Oyonnax dans le département de l'Ain.
  5. Il habitait alors avec Élisabeth le hameau des Allymes sur la commune d'Ambérieu-en-Bugey dans l'Ain
  6. Sur ce sujet, voir son essai intitulé "De l'amateur" paru dans son recueil "Le regard froid"
  7. Voir ses Écrits intimes à la journée du 5 juin 1956 et la biographie de Jean-Jacques Brochier pages 60 à 62
Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Actions
Wiki
Communauté
Dépôt multimedia
Boîte à outils