Œuvres autobiographiques

La culture en toute liberté.
Aller à : Navigation, rechercher

Les Œuvres autobiographiques de Jean Daniel

    <<<<<<<<<<<<<< Œuvres autobiographiques du journaliste et écrivain Jean Daniel. >>>>>>>>>>>>>>
                           <<<<<<<<<<<<<<<<<<<< *** >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>
Jdaniel.jpg

Œuvres autobiographiques est un recueil de récits autobiographiques écrit par le journaliste et écrivain Jean Daniel, paru en 2002 aux Éditions Grasset.

Il comprend les cinq récits suivants augmenté d'un index général :

- 1973 : Le temps qui reste, essai d'autobiographie professionnelle
- 1977 : Le refuge et la source, carnets autobiographiques
- 1992 : La Blessure suivi de Le Temps qui vient, carnets autobiographiques (Grasset)
- 1998 : Avec le temps : carnets 1970-1998, carnets autobiographiques (Grasset)
- 2000 : Soleils d'hiver : carnets 1998-2000, carnets autobiographiques (Grasset)

Présentation

De ce recueil qui fait la somme de son parcours et de ses réflexions sur une durée de vingt trois ans, ce qui est considérable, Jean Daniel a dit :

« J'ai vécu comme si l'histoire était tragique, ce que je crois toujours, mais en même temps comme si une étrange et fugace lumière brillait juste au moment où disparaissent chez les auteurs grecs les acteurs de la tragédie. Je me suis comporté comme si la maladie était inévitable mais porteuse de guérison, comme si la souffrance était le scandale grâce auquel pouvait renaître une ferveur enrichie. Nous autres Méditerranéens, nous avons sans doute appris du "monothéisme judéo-chrétien" que l'Histoire a un sens, aux deux acceptions du mot : signification et direction. Mais nous vivons comme si nous attendions le très païen "Éternel Retour" de tous les cycles. Un peu de Moïse et de Jésus la nuit, beaucoup de Socrate et de Nietzsche le jour. Nous aimons trop la vie pour ne pas apprivoiser la mort. »

Les cinq volumes des Carnets

De ce carnet autobiographique, Jean Daniel en fait ce commentaire : « Je ne me suis jamais imposé de livrer à ces carnets autre chose que des humeurs, et rien ne paraîtra plus capricieux que ce qu'ils contiennent. »

Et effectivement, les événements prennent place au gré de sa plume, certains événements importants à peine abordés ou ignorés, certains de ses amis qu'on pouvait s'attendre à rencontrer n'y figurent pas. Il s'en défend en précisant qu'il a déjà abordé tel thème ou parlé de tel ami dans d'autres écrits (éditoriaux, livres ou conférences). Certains par contre pourront être réutilisés selon les circonstances et au gré de ses besoins. Ainsi vont les récits biographique, selon la fantaisie de l'auteur.

Il précise par contre que « ces carnets se veulent surtout des contrepoints, des pensées en coulisses souvent suscités par le sentiment d'en avoir trop dit ailleurs, ou pas assez. Ce qui m'a conduit parfois à des indiscrétions, des confidences - des aveux. J'ai ainsi, sans le vouloir vraiment, réservé à ces pages des embarras et des remords, tel un peintre qui, au lieu d'inscrire ses repentirs sur un tableau, les réunirait à part dans un album spécial... »

Avec le temps était le livre qu'Elisabeth Guigou lisait ostensiblement durant la prolongation délibérée des débats sur le Pacs à l'Assemblée nationale en novembre et décembre 1998 [1] , [2].

  • 5- Soleils d'hiver - Carnets 1998-2000 - Éditions Grasset et Livre de Poche

« Celui qui n'a jamais feuilleté un livre d'images... par un midi de février, ne sait pas ce que c'est que le vrai soleil. » ("Avec le temps", page 614)

26 décembre 1997 - Soleil d'hiver en Tunisie - Avant le départ de Jean Daniel pour la Tunisie, son ami Jean Lac lui dit : « Alors, tu vas retrouver ton glorieux soleil d'hiver ? » Il aime par-dessus tout cette lumière qui triomphe du froid, « mon thème familier de la convalescence-renaissance. » ("Avec le temps", page 670)

Le soleil d'hiver, écrit Jean Daniel, il le considère comme une promesse et depuis quelque temps, il préfère les « convalescences, les sorties d'enfer, les promesses de lumière sous la pluie, les enfants qui rient à travers leurs larmes, les regards du grand blessé soudain miraculé, l'irremplaçable médecin qui meurt en vous faisant signe que vous n'avez rien de grave et auquel vous fermez les yeux en étant en effet rassuré. »

Il cite André Gide qui fut avec Albert Camus un guide pour lui, un Gide qui découvrit sur le tard « que sa jeunesse avait été couverte de rides assidûment tracées par ses parents » et qu'il s'apprêtait alors à vivre une vraie jeunesse. Lui l'incroyant se sent capable de rendre grâces même dans ce monde de détresse et de larmes, rejoignant l'euphorie du chercheur qui vérifie la véracité de ses travaux dans la découverte d'autrui. Il se souvient que dans sa jeunesse; il avait « chanté de l'été tous les éclats depuis les baies de Carthage jusqu'aux magies de l'archipel toscan » alors qu'aujourd'hui, c'est-à-dire à l'an 2000, date à laquelle se termine cette évocation, « seuls les soleils d'hiver me restituent l'intensité des aubes éphémères. »

Soleils d'hiver : entre photographie officielle d'une époque et petit traité existentiel [3]
Il existe deux grandes sortes de diaristes : ceux qui, comme Rousseau, décrivent leur MOI à l'infini et ceux qui, comme Montaigne, estime leur expérience unique et en même temps universelle. Jean Daniel est un peu deux deux. Et c'est pour ça qu'on l'aime, à travers ses portraits, ses commentaires sur l'actualité, ses rencontres du genre "Moi et Mitterrand", "Moi et Camus", "Moi et Bourguiba, Hassan II, Senghor"... alternant la peinture d'une époque et la note personnelle parfois surprenante.

Si les portraits n'offrent pas toujours un grand intérêt, la partie plus personnelle, ses confidences donnent un personnages attachant quand il évoque son rapport à la solitude, à l'abandon, au temps et à ce qu'il a d'inéluctable, quand il quitte le registre de la comédie et est vraiment lui-même. Il y développe un hédonisme rigoureux, le désir de vivre les instants précaires et irremplaçables qu'offre la vie, la douceur du présent liée à la fidélité au passé. C'est surtout le présent qui l'intéresse, temps insaisissable entre le fardeau du passé et la nébuleuse de l'avenir, ces "Soleils d'hiver" qui réchauffent l'espoir.

JD soleil hiver.jpg

Références

  1. Elisabeth Guigou Libération
  2. Elisabeth Guigou Assemblée Nationale
  3. d'après Robert Busnel, "Deux Daniel pour le prix d'un", L'Express du 16/11/2000

Sources externes

Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Actions
Wiki
Communauté
Dépôt multimedia
Boîte à outils