Albanel

La culture en toute liberté.
Aller à : Navigation, rechercher

Sommaire

Paroles

On pourrait croire qu'elle est **********, Que son dernier ******* a fini par *******, Ou encore qu'Olivennes[1] , cet ****** *********, Ai pris le soin de ** ***********.

Mais si, par les faits, cette thèse, semblerait corroborée, À ces idées reçues ne nous laissons pas aller. Car on ne saurait penser qu'une lettrée de la Sorbonne Puisse **** ********* ** ****** ** ****** *****.


Alors cherchons ensemble, ce qui pourrait pousser Cette quinquagénaire avec hargne à soutenir, Un projet de loi ****** ** *** **** décrié, À ce niveau laissez moi raviver vos souvenirs.

Des avis bien critiques de l'ARCEP[2] et la CNIL[3]. Combien signèrent la pétition[4] ? Pas moins de 35000. Et le clous du spectacle, **** ******** *** ******, Le vote invalidant de 573 euro-députés[5].

Mais ****** **** *** ******, elle va prier Sarko, De plaider son projet auprès de Barroso[6]. Et c'est encore *** ****** qui les attend là; Pourtant ***** ********** ils n'en démordent pas !

Faut dire que ce serait cool, ********* **********, Ces millions de français, qui ne pensent qu'à partager. Pour mieux voir d'où nous vient tout *** ***********, Je vous propose maintenant un p'tit bond dans le temps.

RDDV[7] déjà ** ****** **** ***** *****; 300.000€ pour les téléchargements point com[8], Une vitrine Vivendi disparue en 1 an, Ou inviter Virgin dans le parlement[9].

C'est donc à cette collection, qu'Albanel ajoute un tome. Étayant le ***** ******* que la culture se consomme. Et qu'importe que leurs actes font de la culture Un mot qui rime si bien avec *********.

Pour ceux qui auraient du mal à saisir mes paroles Laissez moi les résumer en une parabole. Christine Albanel n'est **** ******* ****** ****, C'est une figure de style, on **** **** *** **** ** ** *******[10].

Car si pour leur survie, des filles ** **** ********; La dame dont on parle, c'est son esprit et son âme[11] Qu'elle **** ** **** *******, *** ******* ***********, Qui à travers ***** ******, vous ****** et vous *****.

En tant que mère je ne sais pas, mais en ministre c'est sûr, Que tu es ******** et ******* notre futur[12]. ×2

Interprétations

Notes et références

Mon entourage me fait part de ses inquiétudes vis à vis des propos que je tiens dans cette chanson. Notamment depuis qu'une femme de 49 ans, Dominique Broueilh, c'est vue convoquée le 11 juin au commissariat de Dax suite à un commentaire qu'elle avait publiée sur internet au sujet de Nadine Morano la qualifiant de « menteuse »[13].

Je tiens donc à m'expliquer plus en avant sur cette chanson. Avant tout je tiens à préciser que je la considère, comme tout acte de violence, fut-il verbal, comme un aveux d'incompétence. Cette chanson est le résultat de ma frustration face à mon incapacité à empêcher l'effondrement des valeurs qu'on m'a enseigné (liberté, égalité, fraternité) et le rabaissement systématique de la culture à celui d'industrie du divertissement entre autre par certaines des personnes que j'y cite. Comme si la culture était le fait de l'économie de marché quand le marché n'est qu'une pratique culturelle non sine qua non à l'existence humaine. On a pas attendu l'économie de marché et encore moins le récent (fin du XVIIIe en France) avènement du droit d'auteur pour développer des pratiques culturelles, et les deux premiers devraient-ils disparaître, ces dernières lui survivraient assurément. Tant qu'il y aura des êtres humains, il y aura des pratiques culturelles, de la peinture pariétal à la musique savante, ce qui pousse à la conceptions d'œuvres nouvelles ce n'est pas l'appât du gain mais l'élan du cœur.

Concernant les paroles, elles sont donc assurément graveleuses et pour le moins insultantes. J'aurais sans doute pu exprimer tout cela sous une forme plus courtoise, mais cela n'aurait pas retranscrit avec justesse mon dépit. Cela étant, si la forme n'est pas des plus sympathique, je pense que le fond est assurément correct et ne constitue pas une diffamation. Je n'accuse pas, pour autant que je sache, personne d'avoir commis ce qu'il n'a pas effectivement fait. J'espère que les références que je pointe seront vous convaincre de ma bonne foie.

Il reste que le risque juridique semble malheureusement réel pour moi, ce qui m'attriste d'autant, car quoi de plus cruel que de ne pouvoir librement s'exprimer sur les sujets qui nous tourmentes ?

Aussi pour satisfaire les peurs de mon entourage, et suite aux multiples pressions que j'ai subit, je consent à censurer cette chanson. Félicitons donc la peur pour cette nouvelle victoire sur la libre expression.

  1. Denis Olivennes est l'auteur du rapport à l'origine du projet de loi HADOPI. Il a rédigé ce texte pour la ministre de la culture alors qu'il était président du groupe FNAC, une entreprise qui repose grandement sur la répression du partage culturel au profit de monopoles économiques. Le conflit d'intérêt parait évident.
  2. http://www.laquadrature.net/fr/larcep-critique-le-projet-olivennes
  3. http://www.svmlemag.fr/special/loi_hadopi_creation_et_internet
  4. http://www.lepoint.fr/actualites-technologie-internet/2009-04-23/telechargement-illegal-les-eurodeputes-votent-a-nouveau-contre-la-loi-hadopi-albanel-s/1387/0/336853
  5. http://www.paperblog.fr/1166864/hadopi-sarkozy-voulait-contourner-le-parlement-europeen-barroso-tacle/
  6. Renaud Donnedieu de Vabres, précédent ministre de la culture, à notamment soutenu le projet de loi DADVSI.
  7. Les chiffres varie entre 180.000 et 300.000€ selon les souces. Cela est peut être du à la soirée de gala organisé pour le lancement de ce site. Notons que le site utilisait un logiciel libre et gratuit pour servir les pages internet. Le coût exorbitant du site est donc d'autant plus mystérieux
  8. http://www.zdnet.fr/actualites/internet/0,39020774,39296821,00.htm
  9. Madame Christine Albanel, n'a pour autant que je sache, ****** ********* ** ************ ** cette analogie ne constitue pas une allégation en ce sens.
  10. Ceci ne constitue pas une accusation envers la ministre ******* ****** ** ********** **** ** *** et je n'ai personnellement pas eu vent d'un tels faits. Bien que les paroles me semble claires, je tenais à lever toute ambiguïté à ce sujet.
  11. En référence au livre écrit par Albanel, intitulé "Une mère insensée"
  12. http://www.leparisien.fr/faits-divers/au-commissariat-apres-avoir-traite-nadine-morano-de-menteuse-06-06-2009-538499.php

Informations légales

Cette œuvre est basée sur une œuvre originale sous licence art libre.

Source :

Auteurs de l'œuvre originale : psychoslave

Licences : N/A

Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Actions
Wiki
Communauté
Dépôt multimedia
Boîte à outils