Deleuze et Badiou

La culture en toute liberté.
Aller à : Navigation, rechercher

Deleuze et Badiou

"Mon ennemi préféré"disait Alain Badiou à propos de son confrère Gilles Deleuze, avec un sourire ironique et complice. Adversaires de toujours en tout cas.

Ils se sont connus à l'université de Vincennes en 1969. Badiou reconnaît le contact particulier que Deleuze avait avec ses étudiants, "son charisme" même. S'il incarnait la 'mythologie libertaire' de mai 68, il ne se revendiquait d'aucun mouvement. Les sépare une vision différente voire opposée de l'expression de leurs idées : la rationalité, la rhétorique pour Badiou, le flou, le mouvement pour Deleuze.

Ce qui fait l'intérêt et le succès de Deleuze, c'est qu'il rejette l'homme conscient et libre sartrien et le structuralisme pour prôner une philosophie du désir, vecteur nécessaire de l'engagement. Seul l'intéresse l'affirmation de la passion, 'le goût', rejeté le 'dégoût', le non désir, ce qui est négatif. En 1982, s'opère un rapprochement entre les deux hommes, non pas idéologique mais de deux hommes qui s'apprécient au-delà de leurs différences. "Je reconnais sa grandeur, écrira Badiou, et en même temps, il y avait entre nous une opposition irréductible." En 1990, Badiou fait un commentaire élogieux du livre que Deleuze avait consacré au philosophe allemand Leibniz. Une longue correspondance va suivre que malheureusement Deleuze a détruite après avoir voulu la publier.

Dix ans après la mort de Deleuze en 1995, Badiou écrit sa biographie, un livre de commande où Badiou, à sa façon franche et incisive, dit son respect de l'homme sans cacher leurs divergences. Au fond, conclura Badiou, en réponse aux critiques qui n'ont pas manqué de se manifester, "ce sont nos intuitions primordiales qui sont fondamentalement différentes".

L'apport de Deleuze a été de démarquer la philosophie des sciences humaines, de lui redonner ses lettres de noblesse à une époque où même Jacques Derrida parlait, après Heidegger, de "la fin de la métaphysique". Il a aussi permis à Badiou une ouverture d'esprit sur d'autres domaines, sur ce que dit Deleuze du cinéma français des années quarante, sur le roman américain ou Jean-Jacques Rousseau, sur un domaine aussi singulier que les espaces de Riemann en mathématiques. "Sur ces deux points, ajoute Badiou, la défense de la philosophie et la curiosité universelle, je l'ai senti fraternel."

Bibliographie

 * Ouvrages importants de Gilles Deleuze : 
o Différence et répétition, PUF, 1968 o L'Anti-Oedipe, Les éditions de Minuit, 1972 (avec F Guattari) o Rhizome, Les éditions de Minuit, 1976
* Ouvrages importants d'Alain Badiou : 
o Deleuze, Hachette, 1997 o L’Être et l’Événement, éditions du Seuil, 1988 o Circonstances 4, De quoi Sarkozy est-il le nom ?, Éditions Lignes, 2007

Revenir à la fiche principale : Maîtres penseurs du XXe siècle

Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Actions
Wiki
Communauté
Dépôt multimedia
Boîte à outils