Homo Syntheticus/Épilogue

La culture en toute liberté.
Aller à : Navigation, rechercher

<<Chapitre 32 (L'acte suprême) | (aucune page suivante)>>

Informations légales

Cette œuvre est basée sur une œuvre originale sous licence art libre.

Source : http://hodo.free.fr/Romans/Homo_syntheticus/

Auteurs de l'œuvre originale : Serge Jadot

Licences : N/A

Au centre de la cité, une stèle se dressait entourée d'orchidées. C'étaient les plus belles de Jérusalem. Ytzhak, le fleuriste de Hôdo, les surveillait chaque jour. Il l'enseigna plus tard à Tanaka qui venait régulièrement renouveler les baguettes vertes d'encens importées de la Terre, le sens du mot Jérusalem : "Ville de la Paix".

Sur la stèle, se dressait un temple miniature, copie de celui aux mille bouddhas. A l'intérieur, à l'abri des intempéries, des cendres du père des androïdes veillaient sur l'une de ses créatures qui, par son sacrifice suprême, s'était hissée au plus haut ciel de l'héroïsme.

La stèle était un assemblage de pièces de métal, de verre, de plastique, comprimés, restes de l'infortunée gynoïde. Sur une plaque qui devait provenir d'un plastron, étaient gravés ces mots :

Ci-gît Chica,
homo sapiens syntheticus,
qui donna sa vie pour et à cause de
l'homo sapiens sapiens.

<<Chapitre 32 (L'acte suprême) | (aucune page suivante)>>

Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Actions
Wiki
Communauté
Dépôt multimedia
Boîte à outils