Il suffit de presque rien

La culture en toute liberté.
Aller à : Navigation, rechercher


Sommaire

Informations légales

Cette œuvre est basée sur une œuvre originale sous licence art libre.

Source : http://www.claudeburneau.fr/PRESQUE.RTF

Auteurs de l'œuvre originale : Claude Burneau

Licences : N/A


Présentation de la pièce

La difficile intégration d'une fille différente dans un groupe de jeunes (5 personnages - 20 mn).

Les personnages

  • Katia (l’autre)
  • Sam (le confident)
  • Kris (l’égoïste)
  • Sido (la gaffeuse)
  • Jerry (l’indifférent)

Les lieux

  • Les trois lieux :
  • Le premier : jardin public
  • Le second : le repaire
  • Le troisième : le lieu des explications

La pièce

Katia est sur le banc du jardin public, seule. Elle écoute de la musique sur son baladeur. Elle a l’air de s’ennuyer. Sam, Sido et Jerry entrent et vont vers leur “ repaire ”

Jerry : Alors c’est bien d’accord ? Samedi vous êtes tous libres et vous venez chez moi?

Sam : Un peu oui ! On va pas louper ton anniversaire ! Pour une fois que tu nous invite !

Jerry : Oh t’exagères ! Je vous ai toujours invités !

Sam : Mais oui, c’était pour rire !

Sido : C’est quand qu’on va lui acheter son cadeau ?

Sam : Mais tais-toi ! Quelle gaffeuse celle-là ! Dis-lui aussi ce que c’est son cadeau, ça sera bien comme surprise !

Sido : Oh excuse-moi, j’ai pas fait exprès !

Jerry : C’est bien ce qu’on te reproche de pas le faire exprès !

Sido : Vous m ’énervez à la fin ! (elle se retourne pour bouder )

Jerry : Mais non, fais pas la tête, on t’aime bien ! (il se retourne aussi pour la consoler. Ils se figent tous les trois)

Kris : (arrivant sur le troisième lieu) (au public) On s’entendait bien dans la bande, même si des fois on s’engueulait. Dans la bande, il y a Sam, mon petit frère. Il a la langue bien pendue, celui-là, mais il nous fait rire. (Jerry se retourne, Sam va consoler Sido) Et puis il y a son copain Jerry. Il est fils unique, il est maniaque, c’est pas possible ! (il va rejoindre les deux autres. Sido se retourne) Et puis Sido, la voisine. Une petite peste qui ne sait pas tenir sa langue. Heureusement que je suis là pour mettre un peu d’ordre dans tout ça ! Oui, on s’entendait bien dans la bande, jusqu’à ce qu’elle arrive, l’autre, avec son air de pas y toucher ! elle a mis une belle pagaille ! Ça a commencé ce jour-là, le jour où Jerry nous a invités à son anniversaire. (Elle va rejoindre les autres). (à Kris) Et qui tu as invité à ton anniversaire ?

Jerry : Ben, vous, et puis des copains de ma classe, comme d’habitude !

Kris : J’espère qu’il y aura pas cet imbécile de Loulou, comme la dernière fois ! Parce que si il vient, pas question que tu me voies ! (ils se figent)

Jerry : (au public) Kris, c’est la grande sœur de Sam. Elle veut toujours nous commander, qu’est-ce peut être énervante ! Faut toujours lui obéir, elle est pénible !

Sam : De toute manière quand on est invité, c’est très malpoli de refuser !

Jerry : (à Kris) Et toc !

Sido : Dites, vous avez vu la fille qui est arrivée dans le quartier ?

Kris : Celle qui est en train d’écouter de la musique sur le banc du jardin public ?

Sam : Elle a l’air bizarre. Elle ne parle à personne, elle a l’air d’être toute seule.

Jerry : Oh écoute, c’est pas nos affaires, elle est comme elle est ...

Sam : N’empêche, moi ça me fait bizarre, cette fille qui parle jamais à personne !

Kris : Eh bien va lui parler, monsieur le saint-bernard ! Tu crois peut-être qu’un petit morveux comme toi, ç’a l’intéresse !

Sido : Jerry, tu pourrais peut-être l’inviter à ton anniversaire ?

Jerry : Ça va pas ! je la connais pas !

Sam : C’est vrai qu’on pourrait l’inviter? Ça serait l’occasion de faire sa connaissance!

Jerry : Oui ben c’est pas moi qui irai lui demander !

Sido : T’es trop timide pour parler aux filles ! (ils continuent à chahuter)

Sam : (il s’écarte du groupe et va vers le 3e lieu. Au public) C’est vrai qu’elle m’intriguait, cette fille toute seule et qui avait l’air si triste. ce jour-là je suis parti le dernier. (les autres sortent) Quand je suis passé dans le jardin public, j’avais envie de lui parler, et puis j’ai repensé à Kris qui serait sûrement pas contente, à Jerry qui n’avait pas vraiment envie de l’inviter. Après tout c’était son anniversaire. Alors au dernier moment, j’ai hésité, et puis elle s’est levée, elle est partie. tant pis, j’ai pensé, c’est pas grave! Mais on l’a jamais revue. On a appris par nos parents qu’elle était morte. Il paraît qu’elle se serait suicidée. (les autres reviennent)

Sido : Attends, c’est pas possible que ça se termine comme ça.

Kris : Si on pouvait remonter le temps, on pourrait éviter ça .

Sam : Il suffirait de presque rien. Allez on recommence. (ils reprennent leurs places) N’empêche, moi ça me fait bizarre, cette fille qui parle jamais à personne !

Kris : Eh bien va lui parler, monsieur le saint-bernard ! Tu crois peut-être qu’un petit morveux comme toi, ç’a l’intéresse !

Sido : Jerry, tu pourrais peut-être l’inviter à ton anniversaire ?

Jerry : D’accord.

Sam : Alors, tu y vas ...

Jerry : Ah non, je suis trop timide ... Toi tu y vas !

Sam : (il s’écarte du groupe et va vers le 3e lieu. Au public) C’est vrai qu’elle m’intriguait, cette fille toute seule et qui avait l’air si triste. ce jour-là je suis parti le dernier. (les autres sortent) Quand je suis passé dans le jardin public, j’avais envie de lui parler, et puis j’ai repensé à Kris qui serait sûrement pas contente, mais Jerry avait envie de l’inviter, alors j’y suis allé. (il s’assoit à côté de Katia) Bonjour. Y’a pas longtemps que t’habite dans le quartier ?

Katia : Non, on vient d’arriver.

Sam : Comment tu t’appelles ?

Katia : Katia

Sam : Moi c’est Sam. T’as pas l’air d’avoir de copains ?

Katia : Ben non, je viens d’arriver !

Sam : Ça te dirait de venir à l’anniversaire d’un copain, samedi ?

Katia : Pourquoi pas ? C’est où ?

Sam : Il habite 15 impasse de la forêt !

Katia : C’est où ?

Sam : Pas difficile c’est du côté de la plage comme son nom l’indique, tu prends la rue des Dunes, puis tu tournes à la rue de la Mer et c’est au fond . Et puis tu sais y’a des panneaux, il suffit de les lire. D’accord ? On compte sur toi ?

Katia : D’accord. (il part ) Dis, vous pourriez pas passer me chercher ? Je suis pas sûre de trouver !

Sam : D’accord ! On te prend ici !

NOIR La bande (sauf Jerry) rejoint son repaire.

Sido : Bon, ça y est, on est prêts !

Sam : Y’a plus qu’à passer chercher Katia

Kris : Qui c’est celle-là ?

Sam : Tu sais la fille du jardin !

Kris : Et elle peut pas venir toute seule? Non mais qu’est ce que ça veut dire ? On va quand même pas s’encombrer avec elle. Elle a un vélo ?.

Sam : J’en sais rien !

Kris : Avec la tête qu’elle a ça m’étonnerait qu’elle ait un vélo ! On va pas y aller à pieds, non mais tu m’as vue ?

Sam : Ben je sais pas moi, je lui ai promis ...

Kris : Eh bien il fallait rien promettre, tu te débrouilles .

Sam : Je suis sûr qu’elle nous attend. Comment je vais faire ?

Kris : Tu te débrouilles !

Sam : (il va vers le 2e lieu. Au public) Elle était bien dans le jardin public. Je pouvais pas la laisser là tout l’après-midi... (il va vers elle) Bonjour, tu sais je suis désolé mais notre copain, il est malade alors son anniversaire il est annulé . Salut ! (il part vers le 3e lieu)

Sido : (au public) Quand il est revenu Sam, il était pas fier de lui. L’anniversaire a été nul, on s’est pas amusés. Et puis Katia, on l’a jamais revue...

Jerry : (sur le 3e lieu. Au public) Pourtant, il aurait suffi de presque rien pour que ça se passe pas comme ça. Juste au moment où ils s’engueulent, Kris et Sam ! (ils reprennent)

Kris : Et elle peut pas venir toute seule? Non mais qu’est ce que ça veut dire ? On va quand même pas s’encombrer avec elle. Elle a un vélo ?.

Sam : J’en sais rien !

Kris : Avec la tête qu’elle a ça m’étonnerait qu’elle ait un vélo ! On va pas y aller à pieds, non mais tu m’as vue ?

Sam : Et alors, t’en mourras pas de faire un kilomètre à vélo ! Et puis même, moi je l’attendrai s’il le faut, et toi tu pars devant ! Non mais alors, quelle égoïste !

Kris : Ah ça suffit ! attends-la si tu veux, ta chérie, moi je pars ! Allez Sido tu viens avec moi ! (elles partent)

Sam : (va trouver Katia) salut, Katia t’es prête ? T’as un vélo ?

Katia : Non, c’est loin ?

Sam : Non pas très, et puis ça descend, tu monteras sur mon porte-bagages ...

Jerry : (sur le 3e lieu. Au public) Et puis on a passé une journée super. Katia elle était marrante. Elle nous a appris que ses parents étaient des gitans et que son père venait de trouver un travail fixe. Ils s’étaient “ sédentarisés ”. Ça c’est pas elle qui l’a dit, c’est Kris, mademoiselle je-sais-tout ! (ils arrivent tous les cinq au repaire)

Sido : Bienvenue dans notre domaine, mademoiselle Katia !

Katia : Ah, ça a l’air sympa, c’est là que vous vous retrouvez ?

Kris : Oui, mais on fait pas n’importe quoi ! On a institué un règlement !

Jerry : C’est toi qui as institué un règlement, parce que nous , bof!

Sido : On a des tours de ménage toutes les semaines, par exemple. C’est pire qu’à la maison !

Kris : Oui ben il fait ce qu’il faut ! Moi j’ai pas envie de vivre dans une porcherie !

Sam : Oh tu vas pas commencer ! Bon, qu’est-ce qu’on fait ?

Sido : Regarde Katia, j’ai apporté toute une série de revues que mon père a récupérées. T’en veux une ?

Katia : Oui, si tu veux .

Sam : Et où tu vas à l’école à la rentrée ? Au collège ?

Katia : (gênée) ben ... oui !

Jerry : t’es en quelle classe ?

Katia : Ben ... Je sais pas encore;

Kris : Comment ça, tu sais pas ? T’étais en quelle classe l’an dernier ?

Katia : (on sent qu’elle ment) En cinquième

Sido : Et tu redoubles ?

Katia : ben ... non , je crois pas !

Sam : eh bien alors tu passes en quatrième ! Super on sera peut-être dans la même classe !

Sido : Alors de quoi elle parle ta revue !

Katia : (de plus en plus gênée) Ben ... de ... je ...

Sido : (se fichant d’elle) de cinéma peut-être ?

Katia : Oui, c’est ça !

Sido : ben non, c’est une revue de musique ! mais ma parole tu sais pas lire ! (Katia s’enfuit)

Kris : Imbécile ! mais rattrape-la !

Sido : (sur le 3e lieu) Katia ! Katia ! (au public) Oh là là ! J’avais encore trop parlé ! je m’en suis voulue ! Je savais bien qu’on la reverrait plus. Pourtant il aurait suffi de presque rien, juste que je sois moins gourde ! J’aurais dû m’en douter aussi, qu’elle était pas comme nous ! Ça aurait pu se passer comme ça... (ils reprennent)

Sam : Et où tu vas à l’école à la rentrée ? Au collège ?

Katia : (gênée) ben ... oui !

Jerry : t’es en quelle classe ?

Katia : Ben ... Je sais pas encore;

Kris : Comment ça, tu sais pas ? T’étais en quelle classe l’an dernier ?

Katia : (on sent qu’elle ment) En cinquième

Sido : Et tu redoubles ?

Katia : Ben ... non , je crois pas !

Sam : Eh bien alors tu passes en quatrième ! Super on sera peut-être dans la même classe !

Sido : Alors de quoi elle parle ta revue !

Katia : (de plue en plus gênée) Ben ... de ... je ...

Sido : Ça te plaît la musique ? (elle lui retire la revue des mains) Qu’est ce que t’écoutes ?

Katia : (au public) Là j’ai vraiment eu peur. Je pouvais pas leur dire que j’avais jamais appris à lire. J’aurais eu trop honte. (elle va vers le 3e lieu en parlant) Déjà eux quand ils parlaient de l’école, je savais plus où me mettre. Je me doutais bien qu’un jour ils découvriraient. Mais je voulais que ça soit le plus tard possible, et surtout que ça soit pas moi qui leur dise. Enfin, ce jour-là je m’en suis bien tirée.

Sido : Vous avez compris ?

Kris : Quoi ?

Sido : Katia, elle sait pas lire !

Jerry : Qu’est-ce que tu racontes ? Elle entre en quatrième !

Sido : Mais c’est des bobards, elle savait même pas en quelle classe elle allait rentrer !

Kris : T’as raison, et puis quand on parle du bahut, elle évite toujours la conversation.

Sido : Mais alors qu’est-ce qu’on peut faire ? Elle peut pas rester comme ça ...

Jerry : Oh ben c’est pas nos affaires ...

Kris : Ça c’est vrai, chacun ses problèmes.

Jerry : Elle a qu’à se débrouiller. Nous on s’amuse ensemble, c’est tout. Et puis on parle plus de ça !

Sido : (au public) Et puis on n’en a plus reparlé. Et comme on ne voulait pas en parler, eh bien Katia on l’a évitée, et puis la rentrée est arrivée, et on l’a plus revue.

Jerry : Pourtant il aurait suffi de presque rien. Juste que Sam intervienne ...

Sido : Katia, elle sait pas lire !

Jerry : Qu’est-ce que tu racontes ? Elle entre en quatrième !

Sido : Mais c’est des bobards, elle savait même pas en quelle classe elle allait rentrer !

Kris : T’as raison, et puis quand on parle du bahut, elle évite toujours la conversation.

Sido : Mais alors qu’est-ce qu’on peut faire ? Elle peut pas rester comme ça ...

Jerry : Oh ben c’est pas nos affaires ...

Kris : Ça c’est vrai, chacun ses problèmes. Jerry : Elle a qu’à se débrouiller. Nous on s’amuse ensemble, c’est tout. Et puis on parle plus de ça !

Sam : Ah ça c’est facile ! On se bouche les yeux, on fait comme si on n’avait rien vu, mais elle, ses problèmes ils sont toujours là ! Nous on a eu la chance d’aller à l’école, d’apprendre à lire et à écrire ! On peut tout de même pas la laisser comme ça !

Jerry : Oui, mais qu’est-ce qu’on peut faire ?

Kris : On doit pouvoir l’aider, mais d’abord il faut lui faire comprendre qu’on sait.

Sam : (à Sido) mais doucement, sans faire de gaffes !

Sido : (au public) Et c’est ce qu’on a fait. (les autres se mettent en place. Elle va vers le 3e lieu) Quand elle est revenue Katia, on lui a fait comprendre qu’on avait compris, sans faire de gaffes. D’abord moi j’ai rien dit. Mais les autres ils ont été très adroits. Et puis ça s’est pas passé comme on l’espérait.

Kris : En tous cas, tu sais, tu feras toujours partie de la bande.

Sam : On s’en fiche de ça, nous on t’aime bien.

Jerry : Et puis si tu veux on pourra t’aider !

Katia : Est-ce que je vous ai demandé quelque chose ! J’en ai marre des gens qui veulent m’aider ! Je suis capable de me débrouiller toute seule ! j’ai pas besoin de votre pitié ! (elle part )

Kris : (au public) On avait été lamentables.

Sam : Pourtant on avait rien dit pour la fâcher.

Jerry : Est-ce qu’il aurait fallu rien dire du tout?

Sido : On ne savait plus.

Jerry : Mais ce qu’on savait c’est qu’il aurait suffi de presque rien..

Katia : Oui, il aurait suffi de presque rien. Juste que Jerry se taise à ce moment là. (ils recommencent)

Kris : En tous cas, tu sais, tu feras toujours partie de la bande.

Sam : On s’en fiche de ça, nous on t’aime bien.

Katia : Vous êtes vraiment sympas. Quand je suis arrivée ici, je connaissais personne, j’étais un peu déprimée. Si je vous avais pas rencontrés, je sais pas ce que j’aurais fait. J’étais prête à faire une bêtise. Et puis voilà, vous êtes là, on est bien ensemble, et je sais que si un jour j’ai un problème...

Jerry : Tu pourras compter sur nous.

Kris : C’est pas grand chose...

Sam : Mais ça nous fait plaisir

Sido : Tu sais, pour que la vie soit sympa, souvent ...

Tous : Il suffit de presque rien.

Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Actions
Wiki
Communauté
Dépôt multimedia
Boîte à outils