Jean Daniel : Observateur du XXème siècle

La culture en toute liberté.
Aller à : Navigation, rechercher

Jean Daniel : Observateur du XXème siècle

Jean Daniel, éditorialiste et écrivain

Jean Daniel en 2011.jpg

1- Un observateur témoin de son époque
2- La prison juive. Humeurs et méditations d'un témoin
3- "La Guerre et la Paix. Israël-Palestine (Chroniques 1956-2003)
4- Lettres de France après le 11 septembre
5- Affirmation nationale et village planétaire
6- Israël, les Arabes, la Palestine : chroniques 1956-2008

"Un observateur témoin de son époque"

Référence : "Observateur du siècle. Rencontre à la Bibliothèque nationale de France le 24 avril 2003" Saint-Simon
En avril 2003, Jean Daniel, journaliste, écrivain, directeur-fondateur du Nouvel Observateur, décidait de confier la plupart de ses manuscrits à la Bibliothèque nationale de France. Ce fut l'occasion pour Jean-Noël Jeanneney, président de la Grande Bibliothèque, d'inviter tous ses proches à venir le rejoindre. Se démarquant de l'exercice, du pensum convenu, leurs précieux témoignages rappelèrent des événements avec leur lot d'émotion. Ce fut le cas notamment de François Nourissier, les amis méditerranéens bien sûr si chaleureux avec quand même une pointe de nostalgie au souvenir de l'Algérie et d'Albert Camus et du trio qu'ils formaient avec "Julius", Jules Roy, Jean Lacouture aussi et les références au général de Gaulle, lui Jean Daniel l'ancien de la division Leclerc, les références à son maître Pierre Mendès-France

Ce "pied-noir", petit dernier d'une famille de dix enfants vivaient sous l'autorité vigilante du "patriarche", devenu au fil du temps une référence pour la gauche. De l'influence d'André Gide, surtout dans sa jeunesse rappelle Pierre Nora, il a gardé une honnêteté intellectuelle totale, s'opposant quand il le fallait à ses amis -et même à Camus sur l'Algérie, ce qui lui avait beaucoup coûté- n'hésitant pas à " se mettre en dissidence contre lui-même et son camp", ses positions très personnelles sur des sujets aussi brûlants le Proche-Orient et plus récemment sur l'Europe ou l'Irak. Il aura ainsi abordé tous les grands débats de la société contemporaine.

JDaniel Prison juive.gif - - - - - JDaniel guerre paix.gif

"La prison juive. Humeurs et méditations d'un témoin", 2003, éditions Odile Jacob

Jean Daniel craint que les Juifs ne soient persuadés se raccrochent à leurs mythes autant qu'à leur histoire. Ils ne sont pas loin de penser qu'avec Israël comme avec la diaspora, le politique avait quelque chose de théologique. Peut-être que si Dieu exigeait qu'ils devinssent des " prêtres et des témoins ", il adviendrait qu'ils s'en incapables. En fait, la voie est étroite entre le fait de se croire "élu" et faire d'Israël une nation phare pour un peuple exemplaire. Objectif surhumain que nul peuple ne peut relever sans en supporter d'insurmontables conséquences. Jean Daniel pointe ainsi les contradictions existentielles et spirituelles du juif sa condition.

"La Guerre et la Paix. Israël-Palestine (Chroniques 1956-2003)", 2003, éditions Odile Jacob

Ce livre nous entraîne dans un demi-siècle vécu par le témoin passionné qu'est Jean Daniel. Se croient et s'entrecroisent dans cet essai les images, les textes, les multiples événements où se rencontrent le sionisme et l'arabisme, la guerre froide et la décolonisation, les affrontements Est-Ouest et Nord-Sud. Toute une époque qui resurgit, éclairée par la vision vigilante d'un observateur privilégié où l'on suit la progression des Etats-Unis, l'émergence de l'Europe, le conflit interminable entre le judaïsme et l'islam focalisé par le Moyen-Orient. L'ensemble, malgré des sources hétéroclites faites de chroniques, de réflexions, de ses éditoriaux, entretiens, commentaires et portraits que Jean Daniel a consacrés pendant plus de trente ans conflit israélo-palestinien.

"Lettres de France après le 11 septembre", éditions Saint-Simon, 192 pages, septembre 2002, isbn 295165977

Dans ces Lettres de France, Jean Daniel poursuit le développement de ses thèmes favoris dans ces chroniques de journaliste, rédigées tout au long d'une année. On suit dans le détail les résonances politiques et les conséquences mondiales des terribles événements du 11 septembre 2001. Jean Daniel analyse les décisions prises et donne son interprétation, avec une acuité politique particulièrement pertinente, allant des intentions aux décisions prises par les différents acteurs.

"Affirmation nationale et village planétaire", mars 1998, éditions Fides, isbn 9782762120110

" L'anticolonialisme m'a conduit à trouver positif et émancipateur chez les colonisés ce nationalisme que je dénonçais comme xénophobe et réactionnaire dans l'extrême droite française." Jean Daniel donne le ton pour parler d'un sujet qu'il connaît d'autant mieux qu'en tant que "pied-noir", il a largement subi les conséquences d'une décolonisation ratée comme l'Algérie.

Il a donc largement vécu l'ambivalence du mot "nationalisme". Il en existe qui libèrent et d'autres qui excluent. Il prend l'exemple du Québec et, malgré les orientations chauvines de l'Eglise catholique de naguère, je n'ai pas d'emblée tourné le dos, comme bien d'autres dans ma famille intellectuelle, aux aspirations québécoises, c'est essentiellement par sensibilité anticolonialiste.

"Israël, les Arabes, la Palestine : chroniques 1956-2008", éditions Galaade, préface Élie Barnavi, Élias Sanbar, isbn 978-2-35176-044-4

Jean Daniel, ce témoin privilégié de son époque, n'a jamais varié sur l'essentiel. Dans cet essai, il tente de saisir les ressorts secrets, cachés qui expliquent l'antagonisme des forces en présence. S'il continue malgré tout de croire en l'homme, il n'en est que plus rigoureux sur les raisons profondes sur cette accumulation d'incompréhension et de haine.

Israël et la Palestine, ces deux petits pays si minuscules dans le monde, sont souvent au centre des intérêts de la planète. Ce recueil de textes nous donne quelques clés sur leur situation inextricable, importante contribution à l’histoire. Ce demi-siècle de chroniques, de réflexions, de portraits et d'entretiens représentent un outil irremplaçable sur l'analyse du conflit israélo-palestinien. « Un regard absolument unique » écrit Alain Duhamel. [1] Il l'est par la longévité peu commune de cet incomparable témoin de son siècle, il l'est plus encore par « la constance, la cohérence et la clairvoyance de son jugement. . » Si on l'a souvent taxé partialité, c'est que son analyse finit par s'imposer à tous.


Commentaires critiques
« Je me plais à penser que, s’il était israélien, il penserait comme moi, que, si j’étais français, j’écrirais comme lui. Du moins si j’avais son immense talent, sa vaste culture et son intimidante hauteur de vues. » – Élie Barnavi (ancien ambassadeur d’Israël en France)

« Il y aurait tant de choses à apprécier, à souligner, à débattre dans ces chroniques foisonnantes à l’image du demi-siècle qu’elles couvrent avec un sens aigu de la nuance, de la complexité, une éthique toujours présente et un choix permanent de la liberté. »
Elias Sanbar (ambassadeur de la Palestine auprès de l’Unesco)

« L'éditorialiste continue d'espérer, de souhaiter qu'un jour un État israélien et un État palestinien, coexisteront. Puis coopéreront. Et même croit-il, fusionneront. »
Annette Lévy-Willard, Libération, 24 mai 2008.

« L’ouvrage, à considérer comme un livre de référence, est en prise directe sur l’actualité la plus récente. » - Yves Durand, Le Courrier de l’Ouest, 19 mai 2008.

« Jean Daniel, l’un des tout premiers, comprit qu’il faudrait partager cette terre tellement sainte et trop promise... La continuité des convictions font oublier le style à la première personne qui eût pu agacer. [...] Un livre... à lire comme la chronologie haletante d’un espoir déçu, pourtant jamais éteint car toujours ranimé. »
Philippe de Boeck et Baudouin Loos, Le Soir, 17 mai 2008. »
Erreur de référence : Des balises <ref> existent, mais aucune balise <references/> n’a été trouvée.

Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Actions
Wiki
Communauté
Dépôt multimedia
Boîte à outils