L'ère des ruptures

La culture en toute liberté.
Aller à : Navigation, rechercher

L'ère des ruptures de Jean Daniel

Référence : Jean Daniel, "L'ère des ruptures", 332 pages, éditions Grasset, novembre 1979, ISBN 2246007631

Jean Daniel.jpg

« Je fus souvent tenté de préférer l’erreur qui rapproche à la vérité qui sépare ». ( L'ère des ruptures )

Tanger le 9 juillet 1989 «  En 1977, j'étais en face à Tarifa près de Gibraltar, et j'écrivais "L'ère des ruptures". La nature était plus sauvage, plus inquiétante à certains moments  ». ( Avec le temps page 385 )

Du haut de sa jeunesse,bardé de certitudes et de beaucoup d'illusions, Jean Daniel se lance dans la bataille politique pour faire triompher la gauche et ses idées. Il se eut à la fois témoin, ce qui le conduira vers le journalisme, et acteur pour apporter sa pierre à l'édification du socialisme.

Pour cela, il fallait d'abord regrouper des forces de gauche dispersées où le Parti Communiste jouer un rôle déterminant mais servait aussi de repoussoir pour une partie des électeurs, maintenant la gauche pour très longtemps dans dans l'opposition. Jean Daniel ne doutait pas de pouvoir un jour renverser la vapeur mais c'était sans compter sur la nature du communisme et l'évolution des mentalités.

Il a bien fallu alors constater ce qu'il appelle « ce grondement souterrain qui annonce lézardes, craquements, fissures, séismes, dans le soubassement commun de nos vies et de nos pensées, premier grand ébranlement sur le sol de nos certitudes.  » Regard sur l'ambivalence du monde, l'harmonie et la bonne entente d'un côté mais de l'autre la liberté confisquée par des états totalitaires ou des économies aliénantes. [1]

C'est cette impossible union, cet écartèlement entre des réalités divergentes qu'il appelle l'ère des ruptures. Reste la liberté, celle de sa conscience, sans modèle de référence mais avec un avenir à écrire, celui de sa génération, avec une passion chevillée au corps et, comme disait son maître Albert Camus avec une grande lucidité sur leur responsabilité et la tâche à accomplir.

Daniel ere rupures.jpgJD ere ruptures.jpg

Extraits de son ouvrage
« Lisbonne, juillet 1974. Le crépuscule enveloppe lentement cette place manuéline, l’une des plus belles du monde. Des jeunes militaires et quelques étudiants, encore dans l’ivresse de la révolution des œillets, y palabrent depuis des heures, sentant qu’ils vivent les privilèges épiques de l’Histoire. Je suis heureux d’y être, j’ai l’impression d’en être ». (page 13)

Bibliographie
Voir les fiches que j'ai réalisées sur ses ouvrages suivants :

Notes et références

  1. « nous avons vu la violence se dévorer elle-même, l'univers totalitaire prendre, agressif, le deuil de ses modèles, l'Occident des sciences et le continent des pauvres inciter leurs fidèles aux refuges de la religion  » écrit-il

Liens externes
- Entretien avec Michel Foucault

Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Actions
Wiki
Communauté
Dépôt multimedia
Boîte à outils