L'arbre parole/Rondeur des joncs

La culture en toute liberté.
Aller à : Navigation, rechercher

<<Cri de l’oiseau cracheur de ciel éternité ma nourriture, et phrases nues qui s’aventurent aux saveurs des verbes de miel... | Trois couples>>

Informations légales

Cette œuvre est basée sur une œuvre originale sous licence art libre.

Source : http://www.adamantane.net/poecriture/l_arbre_parole/index.html

Auteurs de l'œuvre originale : Jean-Pierre Desthuilliers

Licences : N/A


Un vanier rêve qu’il a su
Courber l’osier de son désir
Forme nouée sur le plaisir
Des joncs tressés comme tissu ;

Surface nue qu’il a conçue
Les doigts blessés à la saisir
Un vanier rêve qu’il a su
Courber l’osier de son désir,

Un brin dessous un brin dessus ;
Entre les eaux sachant choisir
L’espace rond qu’il a cousu
Un vanier rêve qu’il a su
Former l’osier à son plaisir.

[1] [2]

Notes et références

  1. Rondeur appelait rondel... Je signale aux amateurs de formes fixes que ce rondel est irrégulier :
    • il compte bien 4 + 4 + 5 vers sur deux rimes, avec les containtes d'embrassement et d'alternance,
    • mais c'est l'avant dernier vers, et non le dernier, qui joue le rôle du début de refrain.
    La construction des deux premiers vers ne les rend en effet point syntaxiquement détachables. Je renvoie, à ce sujet, à l'analyse très fine et perspicace d'Henri Morier dans son dictionnaire de poétique et de rhétorique, aux P.U.F., pages 976 et 977. J'eus pu m'en sortir en choissant la formule à 14 vers, au lieu de celle à 13 vers, mais je ne l'ai point fait...n'en voyant point l'utilité en matière de sens du texte.
  2. Le château de Chapeau-Cornu, où je séjournai l'été 1966, en maison familiale, puis l'été 1968, stagiaire en modelage aux Ateliers des Trois Soleils, et à nouveau l'été 1975, cette fois en gravure, dévoilait aux initiés le chemin d'accès à l'atelier d'un vanier-viticulteur établi à Vignieu. Cet artisan accueillait les visiteurs avec un verre de vin de pays rosé, proposait ses produits, expliquait ses modes opératoires et acceptait des travaux sur mesure. Je lui fis à mon second passage rhabiller de pied en cape une dame-jeanne sortie en haillons de la cave familiale.

<<Cri de l’oiseau cracheur de ciel éternité ma nourriture, et phrases nues qui s’aventurent aux saveurs des verbes de miel... | Trois couples>>

Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Actions
Wiki
Communauté
Dépôt multimedia
Boîte à outils