Scapin mic-mac

La culture en toute liberté.
Aller à : Navigation, rechercher



Présentation de la pièce

"Les fourberies de Scapin", réécrites pour les six masques de la commedia dell'arte. (40 mn, de 10 à 20 jeunes -l'emploi des masques permet de multiplier les comédiens pour un même personnage).

Les personnages

Non masqués

  • Octave
  • Léandre
  • Zerbinette
  • Hyacinte
  • Nérine

Masqués

  • Sylvestre (= Arlequin)
  • Scapin (= Brighella)
  • Argante (=Docteur)
  • Géronte (= Pantalon)
  • Carle (= Polichinelle)
  • Un mendiant non masqué qui devient Capitan

Les lieux

  • Scène du marché.

Prévoir un mendiant.

La pièce

Acte premier

Scène 1

Octave - Sylvestre - Polichinelle

Entrée de Sylvestre, puis d’Octave.

Octave : Il paraît, Sylvestre, que tu as des choses à me dire ?

Sylvestre : Oui

Octave : Tu as appris sur le port que mon père revient ?

Sylvestre : Oui.

Octave : Aujourd’hui même ?

Sylvestre : Aujourd’hui même.

Octave : Et qu’il veut me marier ?

Sylvestre : Oui.

Octave : Avec la fille du seigneur Géronte ?

Sylvestre : Du seigneur Géronte.

Octave : Et qu’il la fait venir de Tarente pour le mariage ?

Sylvestre : Oui.

Octave : Et il paraît que quelqu’un a écrit à mon père tout ce que j’ai fait ?

Sylvestre : Tout.

Octave : Ah ! Quelle catastrophe ! Mais qu’est-ce que je vais devenir ?

Sylvestre : [ Lazzi de la mouche ]

Octave : Mais imbécile, tu ferais mieux de réfléchir au moyen de nous sortir de cette affaire ! Lorsque mon père apprendra les détails de ce que j’ai fait, je vais me prendre une de ces engueulades !

Sylvestre : Oui, ben les engueulades c’est rien, moi je sens monter un orage de coups de bâtons sur mon dos. Et puis en plus c’est même pas de ma faute !

Octave : Oh là là ! Mais qu’est-ce que je vais faire ?

Polichinelle : Laissez-moi vous aider !

Octave : Toi on t’a rien demandé, c’est pas encore à ton tour d’entrer en scène ! Mais quel crétin !

Scène 2

Scapin - Octave - Sylvestre

Scapin : Que se passe-t-il seigneur Octave ? Qu’y a-t-il ? Je vous vois tout troublé !

Octave : Ah mon pauvre Scapin, je suis perdu, je suis désespéré ...

Scapin : Mais non, seigneur Octave, il y a toujours un moyen de s’en sortir !

Octave : Hélas, tu ne sais pas ce qui m’arrive ?

Scapin : (au public) Non, mais à mon avis je ne vais pas tarder à le savoir !

Octave : Ah, Scapin, si tu pouvais trouver une invention pour me tirer d’affaire !

Scapin : Peut-être, mais pour ça il faut me dire ce qui vous arrive ... [ Lazzi des amoureux : pendant le récit d’Octave, Scapin et Sylvestre miment l’histoire ]

Octave : Tu sais qu’il y a deux mois, mon père et le seigneur Géronte sont partis tous deux en voyage ? Et que Léandre (le fils de Géronte, et moi, mous avons été laissés par nos pères, moi sous la conduite de Sylvestre, et Léandre sous ta protection ? Tu sais que Léandre est tombé amoureux d’une Égyptienne ? Un jour il m’a emmené la voir. Sur le chemin, on a entendu une jeune fille qui chantait... en sanglotant. On est entrés. Il y avait là une jeune fille. Elle était belle ! J’ai essayé de la consoler. Et tout de suite je l’ai aimée. Et tout de suite elle m’a aimée. Alors on s’est mariés. Et mon père revient! Il veut me marier avec la fille du seigneur Géronte C’est une catastrophe !

Scapin : La suite ?

Octave : Quoi, la suite ? Tu ne trouves pas que c’est suffisant !

Scapin : Mais c’est rien, ça ! (à Sylvestre ) Dis-donc, toi, tu n’as pas honte de laisser ton maître dans cet état ? Tu n’as pas assez de cervelle pour trouver une solution à ses problèmes ? (à Octave) Mais moi, à cinq ans j’étais déjà capable de jour des tours à deux vieillards comme vos deux pères ! (Polichinelle entre sans se faire remarquer) Dommage qu’actuellement je ne peux pas vous aider, à cause d’un petit problème que j’ai avec la justice ! (à Polichinelle) Dis-donc toi qu’est-ce que tu fais à nous espionner ?Dégage !

Octave : Ah voilà mon aimable Hyacinte !

Scène 3

Hyacinte, Octave, Scapin, Sylvestre, Polichinelle

Hyacinte : (elle pleure) Ah ! Octave ! Est-ce vrai que votre père arrive et qu’il veut vous marier ? [Lazzi des mouchoirs : Scapin rappelle Polichinelle. Il tend une corde entre Sylvestre et polichinelle. Il prend les mouchoirs de la pleureuse, les tord et les met à sécher sur la corde]

Octave : Oui, et je ne sais que faire. Mais tu pleures? Pourquoi ces larmes ? N’es-tu pas assurée de l’amour que je te porte ?

Hyacinte : Si, je sais bien que tu m’aimes, mais tu dépends de ton père et tu vas devoir lui obéir !

Octave : Ah ça c’est pas dit ! Tu vas voir je vais lui tenir tête !

Hyacinte : C’est bien la première fois que je verrais un garçon avoir du courage !

Octave : Mais si, je t’assure ! Tu dois avoir confiance en moi !

Hyacinte : Bof,

Octave : Allez sèche tes larmes, sinon tu vas me faire pleurer aussi!

Scapin : Ah non, arrêtez, je suis débordé, j’ai pas de sèche-linge, moi !

Hyacinte : Bon d’accord, j’arrête.

Scapin : (au public) Mignonne, hein?

Hyacinte : (à Octave) mais qu’est-ce que tu comtes faire ?

Octave : J’en sais rien. (montrant Scapin) Mais voilà quelqu’un qui pourrait nous aider s’il voulait !

Scapin : Ah non, j’ai dit que c’était impossible !

Octave : Et moi je te le demande.

Scapin : (à Hyacinte) Et vous, vous ne dites rien ? (elle ne comprend pas, Octave lui fait signe, elle va embrasser Scapin)

Hyacinte : S’il te plaît, Scapin, tu veux bien nous aider ?

Scapin : Ah, si c’est demandé gentiment ... (Octave vient l’embrasser) Ah ça suffit, bon d’accord je vous aide !

Polichinelle : (au public) Voilà Argante, le père d’Octave qui arrive ! Ça va saigner !

Scapin : Dégage, oiseau de mauvaise augure, on n’a pas besoin de toi ! (à Hyacinte) Vous, charmante dame, si vous voulez bien sortir... (elle sort) (à Octave) Et vous, il faut vous préparer. Bon, imaginez que je suis votre père et répondez moi fermement ! (il joue le vieillard) Comment ! Pendard, vaurien, infâme, fils indigne, tu oses paraître devant moi après ce que tu as fait. Est-ce ainsi que tu respectes ton père ? Comment est-ce que tu justifies tes bêtises ? Allez, répond ! (il ne répond pas) Alors, pourquoi est-ce que vous vous taisez ?

Octave : C’est que j’imagine mon père !

Scapin : Justement !

Hyacinte : (entrant) Comme quoi j’avais raison ! Qu’est-ce que les garçons sont lâches !

Scapin : Ah vous ça suffit, n’en rajoutez pas ! Et le vieux qui arrive ! Bon, un peu de courage (il s’enfuit) Et restez ! Bon, Sylvestre, ça va être à nous de jouer !

Scène 4

Argante, Scapin, Sylvestre, Polichinelle, le mendiant

Argante : (il se croit seul) Est-ce qu’on a jamais entendu une affaire pareille ?

Scapin : (à Sylvestre) Il a tout appris !

Argante : Je voudrais bien savoir ce qu’il va inventer pour se justifier !

Scapin : On y a pensé !

Argante : Est-ce qu’il va essayer de nier ?

Scapin : Non, non.

Argante : Est-ce qu’il va se trouver des excuses ?

Scapin : Ah ça peut-être!

Argante : Mais je ne me laisserai pas faire !

Scapin : C’est bien ce qu’on va voir !

Argante : Quant à Sylvestre, il va prendre une de ces dérouillées !

Sylvestre : A ça m’aurait étonné qu’il m’oublie !

Argante : (apercevant Sylvestre) Ah te voilà toi ! C’est comme ça que tu t’occupes de mon fils !

Scapin : Bonjour, Monsieur, avez-vous fait bon voyage ?

Argante : Oui, Scapin. (à Sylvestre) Approche un peu, toi !

Scapin : Vous avez l’air en pleine forme ?

Argante : Oui, ça va. (à Sylvestre) Approche je te dis !

Scapin : Le bateau était confortable ?

Argante : Mais oui ! Mais laisse-moi lui fiche une volée à celui là !

Scapin : Le battre monsieur, mais pourquoi donc ?

Argante : Tu ne sais donc pas ce qui est arrivé en mon absence ?

Scapin : Si monsieur, et c’est bien terrible !

Argante : Terrible, ça c’est vrai

Scapin : Terrible pour un fils aussi dévoué que le votre !

Argante : Dévoué ? Comment ça ?

Scapin : On vous a dit ce qui est arrivé ?

Argante : Oui, on m’a dit qu’il s’était marié avec une inconnue ! Et tu appelles ça être dévoué ?

Scapin : C’est qu’on ne vous a pas dit la vérité . Assaillez-vous [Lazzi du siège: Scapin demande à Sylvestre de servir de siège. Il refuse.] Polichinelle viens ici ! Tu veux vraiment servir à quelque chose ? [il fait signe que oui, il servira de siège] Eh oui, votre fils comme tous les jeunes gens, est allé faire la cour à une jeune fille. Mais d’une manière très honorable... Un jour, il a été surpris par les parents de la jeune fille, qui l’ont forcé, contre son gré, à se marier !

Sylvestre : Ah ça c’est habile !

Argante : Contre son gré ?

Scapin : Bien entendu ! Jamais votre fils n’aurait eu l’audace de se marier sans vous en parler  !

Argante : Bon, je vais chez un notaire faire rompre ce mariage !

Scapin : Non !

Argante : Comment, non ?

Scapin : Vous ne le romprez pas ?

Argante : Et pourquoi ?

Scapin : Parce que tout le monde apprendra que votre fils a été marié par force ! Vous vous rendez compte de la honte ! Même vous vous n’oserez plus sortir en ville !

Argante : Je m’en fiche ! je le déshériterai !

Scapin : Vous ne le déshériterez pas !

Argante : Et qui m’en empêchera ?

Scapin : Vous-même !

Argante : Moi ?

Scapin : Vous n’aurez pas le courage de le faire !

Argante : Je n’aurai pas le courage ?

Scapin :

Non :

Argante :

Si :

Scapin : Et moi je vous dis que non

Argante : Et pourquoi ?

Scapin : Parce que vous êtes bon naturellement ! (entrée du mendiant)

Argante : Je ne suis pas bon, je suis méchant quand je le veux ! (il prend les pièces du mendiant) (à Sylvestre) Va me chercher mon fils, et loi je vais rejoindre le seigneur Géronte pour lui raconter ce qui m’arrive !

Scapin : Monsieur, si je peux vous être utile à quelque chose ...

Argante : Merci, Scapin. Ah ! Pourquoi faut-il qu’il soit fils unique ! Ah pourquoi ma pauvre fille est-elle morte, elle aurait été mon héritière !




Scène 5

Scapin - Sylvestre - Le mendiant

Sylvestre : Bien joué Scapin !

Scapin : Oui, mais la partie n’est pas gagnée, d’autant que je n’ai plus un sou en poche !

Mendiant : Moi non plus, et j’y suis pour rien dans vos histoires ...

Scapin : J’ai bien une petite idée pour me faire de l’argent, mais il me faudrait quelqu’un pour jour un personnage ... (au mendiant) Dis donc, toi, tu veux retrouver ton argent ? Le mendiant Quelle question ! Évidemment !

Scapin : Tiens-toi droit. Fais les yeux furibonds, marche un peu comme au théâtre ... Très bien. Avec un masque, ce sera parfait. Allez suis-moi ! (ils sortent)

Sylvestre : Quel homme ce Scapin ! (il sort)




Acte deuxième

Scène 1

Géronte - Argante Géronte Je suis vraiment fâché de ce que vous venez de m’apprendre. Ma fille va arriver..;

Argante : Ne vous souciez de rien. Je vais faire ce qu’il faut. Géronte Mon cher Argante, l’éducation des enfants est une chose importante...

Argante : Sûrement, mais pourquoi me dites-vous ça ? Géronte Parce que les mauvaises actions des jeunes gens viennent de la mauvaise éducation que leur ont donné leurs pères.

Argante : Sans doute. Que voulez-vous me dire ? Géronte Ce que je veux vous dire?

Argante : Oui. Géronte Je veux vous dire, monsieur, que sui vous aviez bien élevé votre fils, il ne vous aurait pas fait ce qu’il a fait !

Argante : Ah bon ? Parce que vous vous avez bien élevé le vôtre ? Géronte Moi ? Sûrement monsieur !

Argante : Et s’il avait encore fait pire que le mien ? Géronte Comment ? Que voulez-vous dire ?

Argante : Je veux dire qu’avant de condamner les autres, il faut d’abord balayer devant sa porte ! Géronte Je ne comprends rien !

Argante : On vous expliquera ! Géronte Est-ce que vous sauriez quelque chose au sujet de Léandre ?

Argante : Peut-être... Géronte Mais quoi, parlez !

Argante : Vous demanderez à Scapin ! (il sort)



Scène 2

Léandre - Géronte - Polichinelle Géronte Qu’est-ce que c’est que cette affaire ?

Polichinelle : Vous avez un problème monsieur ? Géronte Je n’ai pas besoin de toi !

Polichinelle : (sortant) Mais c’est quand que je vais servir à quelque chose, moi ? Léandre Ah mon père ! Comme je suis heureux de vous revoir ! Géronte (le repoussant) Bonjour. Léandre Mais, père, je veux vous embrasser ! Géronte Doucement ... Parlons plutôt de tes affaires ! Léandre Mes affaires ? Géronte Oui, il paraît qu’il s’en est passé de belles pendant mon absence ... Léandre Non, père ... Géronte Menteur, regarde moi dans les yeux... Léandre Eh bien ? Géronte Dis-moi ce que tu as fait ! Léandre Moi ? Rien dont vous ayez à vous plaindre ! Géronte Rien, vraiment ? Léandre Vraiment ! Géronte Scapin, pourtant a dit des choses ... Léandre Scapin ? Et qu’est-ce qu’il a dit ? Géronte Nous discuterons de cela au logis. A tout à l’heure (il sort)



Scène 3

Octave, Scapin, Léandre Léandre Me trahir de la manière ! Un coquin qui doit être le premier à cacher les choses que je lui confie, il est le premier à les dire à mon père !

Polichinelle : Ah lui il a des problèmes... Je m’en occupe ! Un ennui monsieur ? Léandre Oui, et ce n’est pas toi qui vas le résoudre ! Ah mais voilà Scapin ! Attends un peu mon gaillard ! Il discute avec Octave. Je vais me cacher ... [Lazzi de l’arbre: il transforme Polichinelle en arbre et se cache derrière ]

Octave : Super, Scapin ! Là tu as bien joué ! Comment est-ce que je pourrais te remercier Léandre Attends un peu je vais te remercier moi !

Scapin : Deux merci à la fois, c’est trop ! Léandre Et en plus il se fiche de moi (il tire son épée. Jeu avec l’arbre qui est secoué et va finir par se sauver)

Octave : Mais qu’est-ce que tu lui veux, Léandre ? Léandre Je veux qu’il avoue.

Octave : Qu’il avoue quoi ? Léandre Sa bêtise !

Octave : Scapin, reste ici ! Assieds-toi et libère ta conscience. [il voit qu’il n’y a pas de siège. Il appelle Polichinelle, quand ce dernier comprend ce qu’on veut faire de lui, il se sauve] Léandre (l’épée à la main) Scapin presse-toi à parler !

Scapin : Eh bien monsieur puisque vous le voulez je vous confesse que j’ai bu avec des amis le petit tonneau de vin d’Espagne dont on vous a fait cadeau... Léandre C’est toi qui as bu mon vin d’Espagne ?

Scapin : Oui monsieur et je vous demande pardon . Léandre Eh bien bravo ! Mais ce n’est pas ça que je veux que tu confesses !

Scapin : Pas ça ? mais je n’ai rien fait d’autre ! Léandre Parle ou je t’étripe !

Scapin : D’accord ! Le jour où vous m’avez envoyé porter la montre à votre petite amie, je suis revenu tout couvert de boue et je vous ai dit que j’avais été attaqué ..; Léandre Eh bien ?

Scapin : Eh bien monsieur c’est moi qui ai gardé la montre ! Léandre Ah ! quel fidèle serviteur tu fais vraiment ! Mais ce n’est pas ce que je veux que tu dises !

Scapin : Ah cette fois monsieur j’ai tout avoué ! Léandre menteur !

Scapin : Eh bien monsieur vous vous souvenez du loup garou qui vous a donné des coups de bâton, une nuit ? Léandre Oui ...

Scapin : C’était moi qui faisais le loup garou pour vous ôter l’envie de me faire courir la nuit ! Léandre Je saurai me souvenir de tout ça ! Mais ce n’est pas ce que tu as dit à mon père !

Scapin : A votre père ? Mais je ne l’ai pas vu ! Léandre Tu ne l’as pas vu ?

Scapin : Non monsieur, promis, juré ! Léandre Je n’y comprend rien !



Scène 4

Polichinelle - Scapin - Léandre - Octave

Polichinelle : On se tait un peu je vous prie. Là j’ai une nouvelle importante à annoncer alors j’aimerais qu’on m’écoute un peu !

Scapin : Oh ça suffit polichinelle... Tu dis ta réplique et tu sors !

Polichinelle : C’est à monsieur Léandre que je veux causer ! Léandre Allez parle !

Polichinelle : (ravi) et en plus c’est une mauvaise nouvelle ! Léandre Mais vas-tu parler abruti !

Polichinelle : Les Égyptiens vont emmener votre copine Zerbinette et vous ne la reverrez plus ! Léandre Oh quelle catastrophe !

Polichinelle : sauf si vous leur apportez l’argent qu’ils vous ont demandé avant deux heures ! (au public) Et toc ! je l’ai bien dit, hein ? (il sort)

Léandre : Ah mon pauvre Scapin ! Il faut que tu m’aides !

Scapin : Quoi je suis votre pauvre Scapin ? Alors qu’il y a une minute vous vouliez m’embrocher avec votre épée ! Léandre Excuse-moi Scapin.

Scapin : Non, non, allez-y tuez moi ! Léandre Tu es trop précieux, Scapin !

Scapin : Facile à dire... Léandre Je me jette à tes genoux s’il le faut !

Scapin : Ah oui, ça , ça me plairait bien! (Léandre se met à genoux)

Octave : Allez, Scapin, arrête. Aide-nous tous les deux s’il te plaît.

Scapin : (à Octave) De combien avez-vous besoin ?

Octave : Deux cent pistoles

Scapin : (à Léandre) Et vous ? Léandre Cinq cents écus.

Scapin : je vais essayer de tirer cet argent de vos pères. Laissez-moi faire. Tiens, voilà le père d’Octave qui arrive. Commençons par lui. (ils sortent, sauf Scapin))



Scène 5

Scapin - Argante

Argante : Mais quel imbécile ! Allez se fourrer dans une affaire pareille !

Scapin : Bonjour monsieur, vous avez l’air préoccupé !

Argante : On le serait à moins !

Scapin : Monsieur, je me suis un peu occupé de vos affaires et je crois avoir trouvé une réponse à vos problèmes .

Argante : Toi Scapin ? Et laquelle ?

Scapin : J’ai été trouver le frère de cette fille que votre fils a épousée. C’est un voyou qui ne parle que de dégainer son épée et de trucider tout le monde ! Enfin j’ai réussi à le calmer et je lui ai fait comprendre que vous accepteriez de lui donner un peu d’argent en échange de l’annulation du mariage.

Argante : De l’argent ? Mais combien ?

Scapin : Au début des sommes extravagantes: 600 pistoles !

Argante : mais il est fou !

Scapin : C’est ce que je lui ai dit. Il doit partir à l’armée et pour son équipement il lui faut un cheval à soixante pistoles

Argante : Va pour soixante pistoles

Scapin : Plus le harnachement, ce qui coûte vingt pistoles.

Argante : Ca fait 80, ça marche !

Scapin : et un cheval pour son valet, qui coûtera bien 30 pistoles

Argante : Il n’a qu’à marcher à pied !

Scapin : Monsieur... Y pensez-vous ?

Argante : Bon d’accord !

Scapin : Et un mulet ...

Argante : Ah non, pas de mulet !

Scapin : Monsieur, nous nous sommes arrêtés sur 200 pistoles !

Argante : pas question

Scapin : Aïe, monsieur, voilà justement le soldat qui arrive !



Scène 6

Le mendiant déguisé en soldat - Argante - Scapin

Soldat : Scapin, dis-moi où est Argante, le père d’Octave !

Scapin : Pourquoi monsieur ?

Soldat : On vient de me dire qu’il n’acceptera jamais les deux cents pistoles. Je veux le transformer en chair à saucisse !

Scapin : Monsieur, cet Argante est un homme de bien, vous ne pouvez pas faire ça !

Soldat : Je me gênerai ! (apercevant Argante) Qui c’est celui-là ? N’est-il pas un ami d’Argante ?

Scapin : Non, monsieur, au contraire c’est son pire ennemi .

Soldat : Très bien monsieur ! Vous êtes un ennemi d’Argante ?

Argante : Oui, monsieur.

Soldat : Tant mieux. Je peux vous assurer qu’avant ce soir il sera dans son cercueil !

Scapin : Monsieur, si vous faites cela, tous ses amis le vengeront !

Soldat : Je les attends ! [Lazzi du combat ] Voilà ce qui les attend, messieurs ! (il sort)

Argante : Scapin, voilà les 200 pistoles, et protège-moi de ce fou ! (il sort)

Scapin : Et d’un !

Mendiant : (sans son masque) Alors, j’ai été bon ?

Scapin : Parfait, voilà ta récompense ! Et voilà Géronte qui arrive ! Deuxième épisode !

Scène 7

Géronte - Scapin

Scapin : Oh quelle catastrophe ! Que va dire son père quand il va apprendre ça ? Géronte Que se passe-t-il Scapin ?

Scapin : Oh monsieur c’est terrible ... Votre fils ... Géronte Quoi, mon fils ?

Scapin : Monsieur, cet après-midi nous sommes allés nous promener sur le port, nous avons vu une galère turque. Nous sommes montés. Le capitaine nous a proposé d’aller en promenade. Quand nous avons été en pleine mer, il nous a donné à manger et à boire ... Géronte Qu’y a-t-il de si terrible là dedans?

Scapin : Eh bien monsieur, il m’a fait mettre dans une barque et il m’envoie vous dire que si vous ne lui donnez pas 500 écus, il emmène votre fils comme esclave en Alger! Géronte Quoi ? 500 écus ?

Scapin : Oui, monsieur et il ne m’a donné que 2 heures ! Géronte Ah le pendard de turc, m’assassiner de cette façon !

Scapin : Monsieur, il faut faire vite ! Géronte mais que diable allait-il faire dans cette galère ?

Scapin : il ne songeait pas à ce qui allait arriver ! Géronte Tu vas Scapin montrer que tu es un serviteur fidèle.

Scapin : Oui monsieur géronte Tu vas dire au turc que je vais envoyer la justice après lui !

Scapin : Monsieur, vraiment, la justice en pleine mer ! Géronte Mais que diable allait-il faire dans cette galère ?

Scapin : Monsieur faites vite ! Géronte Scapin, tu vas prendre la place de mon fils !

Scapin : Monsieur, vous vous moquez ! Il n’acceptera jamais ! Géronte Mais que diable allait-il faire dans cette galère !

Scapin : Sûrement, mais faites vite ! Géronte Tu vas aller au logis, tu vas monter au grenier, tu trouveras une malle de vieux habits, tu vas les vendre pour racheter mon fils !

Scapin : Monsieur, je n’en tirerai pas 10 écus ! Géronte Mais que diable allait-il faire dans cette galère ?

Scapin : (à part) Cette galère lui tient à cœur ! Géronte Tiens, Scapin, je ne me souvenais pas qu’on venait juste de me donner 500 écus. Prends cette bourse. [Lazzi de la bourse] va racheter mon fils Dis à ce turc que c’est un traître Un infâme Un vaurien Que si je le retrouve Je me vengerai de lui.

Scapin : Monsieur, votre bourse ! Géronte Mais je te l’ai donnée Scapin !

Scapin : Non, monsieur, vous l’avez remise dans votre poche ! Géronte Ah la douleur m’égare ! (il donne la bourse) Maudit Turc Maudite galère ! Mais que diable allait-il faire dans cette galère ?

Scapin : Et voilà l’affaire !Mais je ne me suis pas encore vengé personnellement de ce qu’il a dit à son fils ! On va voir ce qu’on va voir !

Scène 8

Octave, Léandre, Scapin, Polichinelle

Octave : Alors Scapin, as-tu réussi? Léandre As-tu pu soutirer de l’argent à mon père ?

Scapin : (à Octave) Voilà pour vous deux cents pistoles (il sort, heureux) (à Léandre) et pour vous je n’ai rien. Léandre Alors je vais mourir !

Scapin : Oh doucement ! Allez, j’ai ce qu’il vous faut ! Léandre Ah tu me fais revivre !

Scapin : A condition que vous me permettiez une petite vengeance contre votre père... Léandre Tout ce qu’il te plaira ! (il sort)

Polichinelle : Encore besoin de moi peut-être ?

Scapin : Non, merci, tout va bien. Je me débrouillerai tout seul !

Polichinelle : Ah il fait le fier, mais un jour il en fera trop, et ça va saigner ! Mais moi j’aime ça, quand ça saigne, surtout quand c’est le sang des autres ! (il sort)

Acte III

Scène 1

Zerbinette - Hyacinte - Scapin - Sylvestre

Sylvestre : Nos maîtres veulent que vous soyez ensemble, mesdemoiselles.

Hyacinte : Je suis ravie de vous avoir pour compagne, Zerbinette

Zerbinette : Moi aussi, Hyacinte, même si je ne suis pas sûre de rester longtemps !

Scapin : Pourquoi ne resteriez-vous pas ? Mon maître vous a achetée...

Zerbinette : Est-ce que tu crois que ça suffit, et qu’on peut acheter une fille comme du poireau ? Il va peut-être falloir parler un jour de mariage !

Scapin : Je pense que ça ne va pas tarder !

Zerbinette : C’est le père que je crains !

Scapin : J’en fais mon affaire !

Hyacinte : Nous voilà toutes les deux dans la même situation !

Zerbinette : Oui, mais vous vous savez qui sont vos parents. Moi je n’ai personne pour m’aider...

Hyacinte : Et on ne veut pas marier votre copain avec une autre fille ...

Scapin : Eh oui, mesdemoiselles, chacun ses problèmes !

Zerbinette : Raconte-nous Scapin, comment tu as soutiré de l’argent au vieil avare...

Scapin : Sylvestre le fera aussi bien que moi... Et j’ai une petite vengeance à prendre, qui doit se faire au plus vite !

Sylvestre : Arrête Scapin, tu vas t’attirer des ennuis !

Scapin : C’est mon affaire, allez va faire la causette à ces demoiselles . (ils sortent)

Scène 2

Géronte, Scapin Géronte Eh bien, Scapin, comment va l’affaire de mon fils ?

Scapin : Votre fils est en sûreté, mais c’est vous maintenant qui courez les plus grands périls du monde ! Géronte Moi ? Et pourquoi ?

Scapin : Le frère de cette fille qu’Octave a épousée vous cherche partout pour vous faire la peau. Géronte Qu’est-ce que j’ai fait ?

Scapin : Il croit que si Argante veut rompre le mariage, c’est parce que vous voulez que votre fille profite de l’héritage... Il a rassemblé tous ses amis et ils vous cherchent. J’ai peur pour vous, monsieur. Géronte Qu’est-ce que je peux faire ?

Scapin : Attendez ... (il fait semblant d’aller voir plus loin) J’avais cru entendre du bruit. e n’est personne Géronte Fais quelque chose, Scapin, vite !

Scapin : J’ai bien une idée mais je risquerais de prendre des coups de bâton à cause de vous... Géronte Scapin, aide-moi et je te serai reconnaissant...

Scapin : C’est bien parce que c’est vous ! Cachez-vous là dedans, j’entends un soldat qui arrive! (Géronte entre dans un sac. Scapin contrefait sa voix) “ Quoi je n’aurai pas l’abantage dé tuer cé Géronte et quelqu’un né mé dira pas où il est ? ” Vous cherchez le seigneur Géronte, monsieur ? “ Oui jé lé cherche ” Ne bougez pas monsieur ! “ Oh l’homme au sac, dis-moi où se trouve cé Géronte ” Moi Monsieur ? “ Oui jé lé cherche! ” Et pourquoi monsieur ? “ Parcé qué c’ét oune traitre ! ” Lui, sûrement pas monsieur ! “ Tou es dé sés amis ? ” Oui monsieur “ Alors prends ça ” ! (il tape sur le sac en criant de douleur) Ah monsieur il est parti ! Géronte (sortant du sac) Oh mon dos !

Scapin : Mais monsieur c’est sur moi qu’il a cogné Géronte Sur moi aussi !

Scapin : Cachez-vous en voilà toute une armée ! “ Ah où est ce Géronte. Cherchons partout. Par ici. Par là ! Nous allons le trouver ” Cachez vous monsieur. “ Tiens voila son valet. Dis nous où est ton maître ! Parle ! Allez vite “ Eh messieurs doucement ! “ Tu vas tâter de nos bâtons ” (Il tape sur le sac en criant de douleur mais Géronte sort la tête et comprend tout) Géronte Ah traître ! Infâme ! Coquin ! Scélérat ! Tu vas me le payer ! (Scapin s’enfuit)

Scène 3

Zerbinette, Géronte, Polichinelle

Zerbinette : (en riant) Ah vraiment c’est trop drôle ! Quel imbécile ce vieillard ! Géronte Non mais dites donc, vous ! Vous n’avez pas honte de vous moquer de moi !

Zerbinette : Je ne me moque pas de vous monsieur ! Je ris à cause d’une farce qu’on vient de m’apprendre, une farce qu’un fils a fait à un père pour lui soutirer de l’argent Géronte Tiens donc ? Vous pouvez me raconter l’histoire ?

Zerbinette : Oui, elle est trop drôle ! Figurez-vous que toute petite je me suis retrouvée dans une bande d’Égyptiens et que dans cette ville, un jeune homme est tombé amoureux de moi. Les Égyptiens ont demandé de l’argent en échange de ma liberté, mais le père de mon ami est un vieil avare. Il s’appelle ... Connaissez vous quelqu’un dans la ville qui soit vraiment avare ? Géronte Non...

Zerbinette : C’est un nom en “ onte ” ... Oronte, Garonte, non: Géronte ! Son serviteur qui s’appelle Scapin (lui je me souviens de son nom) a trouvé une ruse géniale: il lui a fait croire que son fils avait été enlevé par des Turcs, et le vieil avare a fini par donner son argent ! Cinq cents écus qu’il a lâchés en répétant “ mais que diable allait-il faire dans cette galère ?” Ah le vieil imbécile !(elle sort) Géronte cette fois, Scapin tu as dépassé les bornes ! Tu vas finir au gibet !

Polichinelle : Super ! je vous l’avais bien dit qu’il y aurait du sang ! Géronte Imbécile ! Au gibet, pendu !! Ça ne saigne pas !

Polichinelle : Dommage ! Mais il va souffrir ! Génial ! (ils sortent)

Scène 4

Sylvestre, Zerbinette

Sylvestre : Et vous lui avez tout raconté, mais vous savez qui c’était ce vieillard ?

Zerbinette :

Non :

Sylvestre : Mais c’était justement Géronte !

Zerbinette : Oh zut, j’ai fait une gaffe. Bof, tant pis pour lui. De toute manière, il l’aurait appris un jour !

Scène 5

Argante , Sylvestre, Polichinelle

Argante : Sylvestre, qu’est-ce que c’est que cette histoire ? Scapin et toi, vous vous êtes arrangés pour me prendre de l’argent et vous croyez que je vais vous laisser faire?

Sylvestre : Ah moi j’y suis pour rien monsieur !

Argante : Tu vas voir !

Polichinelle : De mieux en mieux ! Ils vont être deux à souffrir !

Scène 6

Géronte, Argante, Sylvestre Géronte Ah seigneur Argante ! Quel grand malheur !

Argante : En effet, quel grand malheur ! Géronte Scapin, avec ses mic macs m’a attrapé cinq cents écus

Argante : Le même Scapin m’a attrapé 200 pistoles ! Géronte Et il m’a traité d’une manière que j’ai honte de vous dire !

Argante : Et il va le payer ! Géronte Mais ce n’est pas tout. Je me réjouissais aujourd’hui de revoir ma fille, et je viens d’apprendre qu’elle est partie depuis longtemps de Tarente et que son bateau a fait naufrage. Elle a péri en mer !

Scène 7

Nérine, Argante, Géronte, Sylvestre

géronte : Mais que faites-vous là nourrice ? je vous croyais noyée, vous aussi avec ma fille!

Nérine : Je vous demande pardon, monsieur

Géronte : pardon d’être en vie, mais vous êtes folle !

Nérine : Non, pardon d’avoir marié votre fille, monsieur.

Géronte : mariée, mais avec qui ?

Nérine : Avec un jeune homme nommé Octave, fils du seigneur Argante.

Géronte : C’est incroyable !

Argante : Quelle rencontre !

Géronte : Mène-nous auprès d’elle

Nérine : Et vous ne me disputez pas ?

Géronte : mais non, Nérine. Allez vite !

Sylvestre : Elle a bien de la chance elle de pas se faire disputer !

Scène 8

Scapin, Sylvestre

Scapin : Alors Sylvestre comment vont nos affaires ?

Sylvestre : Bien, et mal... Bien parce qu’il se trouve que Hyacinte est la fille de Géronte et que les deux vieux sont heureux

Scapin : J’y comprends rien...

Sylvestre : Moi non plus, mais c’est pas grave :! Par contre ce qui va mal c’est qu’ils te cherchent pour te faire ta fête !

Scapin : Bof, on verra !

Sylvestre : Tu frais mieux de partir, ils arrivent !

Scène 9

Géronte, Argante, Sylvestre, Nérine, Hyacinte Géronte Allez ma fille venez chez moi. Quel bonheur de vous retrouver!

Scène 10

Les mêmes, + Zerbinette et Octave

Argante : (à Octave) Venez mon fils vous réjouir avec nous.

Octave : (qui n’a pas vu Hyacinthe)Non, mon père, je dois vous dire la vérité

Argante : Mais tu ne sais pas ...

Octave : Je sais ce qu’il faut savoir...

Argante : Je veux te dire que la fille du seigneur Géronte ...

Octave : Je ne l’épouserai jamais

Argante : ne dis pas cela

Octave : Je mourrai plutôt que de quitter Hyacinte.

Argante : mais quelle bourrique ! Hyacinte est la fille du seigneur Géronte !

Octave : Qu’est-ce que c’est que cette histoire ?

Hyacinte : C’est très compliqué... Mais plus rien ne s’oppose à notre mariage !

Octave : Formidable !

Hyacinte : (à Géronte) Par contre, père, j’aimerais ne pas être séparée de mon amie Zerbinette. Géronte Quoi? Une petite peste qui m’a dit les pires choses !

Zerbinette : Je m’excuse, monsieur.

Hyacinte : La passion que Léandre, mon frère, a pour elle n’a rien de criminel... Géronte Quoi ? Et en plus tu voudrais que mon fils se marie avec elle ? Une vagabonde ?

Scène 11

Les mêmes, + Léandre. Léandre (à Géronte) Mon père, ceux qui me l’ont vendue m’ont donné un bracelet qui montre qu’elle est née dans une bonne famille ...

Argante : Montrez-moi ce bracelet ! C’est celui de ma fille que j’ai perdue quand elle avait quatre ans !

Sylvestre : Oh là là ça devient de plus en plus compliqué ! Géronte (à Léandre) En ce cas, mon fils, rien ne s’oppose à ce que tu l’épouses !

Scène 12

Les mêmes + Polichinelle.

Polichinelle : Que je suis content! Que je suis content ! Il vient d’y avoir un accident !

Tous : Un accident ?

Polichinelle : Oui, Scapin est passé sous un chantier, il a reçu un marteau sur la tête. Il y avait du sang partout, c’était bien. Il veut vous parler avant de mourir.

Tous : Où est-il?

Polichinelle : Le voilà

Scène 13

Scapin est amené par les autres.

Scapin : Ah! Je vais mourir ! Mais je veux demander pardon à tous ceux que j’ai offensés ! Ah messieurs, s’il vous plaît, dites que vous me pardonnez pour que je meurs tranquille !

Argante : Pour moi je te pardonne.

Scapin : (à Géronte) C’est vous monsieur que j’ai le plus offensé par les coups de bâton que ... Géronte Tais toi je te pardonne.

Scapin : C’était une mauvaise idée, les coups de bâton... Géronte Mais tais-toi, je te dis ! J’oublie tout !

Scapin : Vous êtes trop bon, monsieur Géronte Mais attention, je ne te pardonne que si tu meurs !

Scapin : Ah mes douleurs me reprennent !

Argante : Allez seigneur Géronte, il faut pardonner sans condition ! Géronte Allons souper tous ensemble !

Argante : J’ai peur qu’il n’y ait rien de près .

Scapin : Ce n’est pas grave, allons tous au marché ! (reprise de la scène d’entrée)

Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Actions
Wiki
Communauté
Dépôt multimedia
Boîte à outils