Varsovie express/SEQUENCE 14

La culture en toute liberté.
Aller à : Navigation, rechercher

<<varsovie express/SEQUENCE 13 | varsovie express/SEQUENCE 15>>

Informations légales

Cette œuvre est basée sur une œuvre originale sous licence art libre.

Source : http://www.varsovie-express.com

Auteurs de l'œuvre originale : Joseph Paris

Licences : N/A

INTERIEUR / JOUR / TRAIN

« Nous informons nos aimables voyageurs que ce train est à destination de Berlin. Vous trouverez un wagon-bar voiture 8, boissons fraiches ou chaudes, sandwich, plateau repas. Pour le confort et la sécurité de tous, merci de veiller à ranger vos bagages dans les compartiments prévus à cet effet et de signaler tout colis suspect à nos agents de ligne. Assurez-vous aussi de posséder un titre de transport en règle avant le passage de nos contrôleurs. Attention au départ. »


Sohan, à l’écoute du message, donne un signe d’exaspération. Il branche alors son baladeur et s’abandonne à la musique tandis que le train commencer à partir.

J’ai vu un homme sortir d’une publicité,
Et ce même homme rentrer dans un lac,
Et même si ce con de pianiste jouait JS Bach,
Je vous jure qu’il pensait être aimé.


Je suis un train, la tentation des cœurs en vain,
Je suis un train, sauve-toi, sauve-moi, donnes moi ta main,


J’ai vu au plus profond de toi,
J’ai cru à chacun de tes pas,
Si dans tes angoisses il y avait un peu de moi,
La loi, ce con de pianiste tient bien l’appât.


Je suis un train, la tentation des cœurs en vain,
Je suis un train, sauve-toi, sauve-moi, donnes moi ta main...

Sohan se laisse bercer par les balancements du train et le doux son surréaliste sur ses oreilles. S’il s’écoutait, il ouvrirait la fenêtre, s’envolerait dans les airs, regarderait d’en haut le train découper la nuit, il ferait la révolution sur un tapis volant, chanterait l’histoire du monde sur un rock agressif, ferait fondre toutes les clefs [du monde] pour fabriquer une statue inutile, il libèrerait la Tchétchénie avec son armée de petites cuillères, réinventerait le nerf optique, répandrait l’amour comme la peste, dévoilerait le sexe à ceux qui n’ont pas envie de le voir, inonderait Paris de champs magnétiques, s’il s’écoutait, il murmurerait Bellaciao dans toutes les consciences ...


LE CONTROLEUR :

Contrôle des billets s’il vous plait !


Sohan décroche de son rêve, vexé, pour voir le contrôleur entrer.


SOHAN avec une pointe d’ironie Dîtes mon brave, vous ne voudriez pas repasser tout à l’heure, vous m’avez dérangé dans mes pensées.


LE CONTROLEUR :

Mais bien sûr, s’énerve le contrôleur, et je vous amènerai le café ! avant de reprendre ; Allons allons, je travaille moi Monsieur !


SOHAN :

Euh ... ça c’est pas un argument pour être désagréable ...


LE CONTROLEUR :

Je vous prie de vous calmer et de sortir votre titre de transport avant que j’appelle la police !


SOHAN triomphant de bonheur Bravo, il vous aura fallu moins de vingt secondes...


LE CONTROLEUR :

Je vous préviens ...


SOHAN :

Oui d’accord. Allons, vous êtes bien brave.


L’homme de loi sort en claquant furieusement la porte. Il revient un instant plus tard avec trois collègues. Le quatuor investit la cabine en une seconde.

Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Actions
Wiki
Communauté
Dépôt multimedia
Boîte à outils