Varsovie express/SEQUENCE 28

La culture en toute liberté.
Aller à : Navigation, rechercher

<<varsovie express/SEQUENCE 27 | varsovie express/SEQUENCE 29>>

Informations légales

Cette œuvre est basée sur une œuvre originale sous licence art libre.

Source : http://www.varsovie-express.com

Auteurs de l'œuvre originale : Joseph Paris

Licences : N/A

INTERIEUR / NUIT / LOGES

N’ayant pas de lieu ou dormir ce soir, Sohan demande de l’aide à Nadzieja. Celle-ci lui propose de s’installer dans les loges. Elle l’accompagne, les deux discutent quelques minutes, puis Sohan s’endort. Nadzieja reste à son chevet.


Sohan, dans son rêve, se retrouve à nouveau dans cette pièce, qui ressemble à sa chambre, avec cette étrange porte au numéro 18. Il est allongé sur son lit, il se lève, va vers la porte. Elle ne s’ouvre toujours pas. Il tourne en rond dans la pièce, scrutant avec attention chacun des objets, comme pour essayer de trouver un début d’explication. Dans la loge, Nadzieja est assise à coté de lui qui dort, elle regarde son visage, écoute sa respiration. Sohan observe le tableau de Rivera, accroché au mur. Nadzieja caresse ses cheveux, puis elle lui parle :


NADZIEJA :

Sohan, je dois te dire que... enfin, j’ai besoin de te parler, je suis un peu lâche, j’ai un peu peur, alors j’ai attendu que tu dormes pour le faire...


Sohan cesse immédiatement de regarder le tableau, il tourne la tête, il scrute la pièce nerveusement, il a entendu quelque chose, une voix, il y a comme un écho qui la rend peu perceptible, mais pour lui, il n’y a pas de doute, c’est sa voix, sa voix à elle...


SOHAN murmurant Nadzieja, je t’entend...


Elle l’observe, il dort toujours, elle sourit puis continue en marquant des temps entre ses phrases :


NADZIEJA :

Sohan, il y a de la poésie dans ton sommeil... tu sais, notre rencontre dans le train m’a marquée, j’y repense tout le temps... dis donc, tu as l’air de bien dormir...


Sohan devient nerveux, enfermé dans cette pièce, il entend Nadzieja lui parler mais ne peux rien faire, il s’énerve, il renverse les meubles, tape sur la porte, il hurle :


SOHAN :

Nadzieja, je t’entends ! Parle ! Parles-moi encore !


Nadzieja sort une lettre de sa poche intérieure, puis elle parle d’une voix douce :


NADZIEJA :

Tu vois, j’ai toujours ta lettre, je la porte contre mon coeur... C’est assez étrange, je ne sais pas pourquoi je te dis tout ça... peut-être que tout au fond de ton sommeil, tu m’entends...


Sohan est fou de rage, il renverse tout dans la pièce, donne des coups, hurle au désespoir :


SOHAN :

Ah ! Quel malheur ! Nadzieja, je t’entends, je suis enfermé et c’est pour moi la pire des tortures de ne pouvoir te répondre, chacun de tes mots transperce mon coeur, Nadzieja je suis là ! tu m’entends ?! Je suis là ! ...


NADZIEJA :

Curieux paradoxe tu ne trouves pas, mon orgueil m’empêchait de voir qu’en réalité tu m’attires, et lorsque je suis assez réveillée pour te le dire, c’est au moment où toi tu dors ...


Sohan s’effondre au sol, abattu.


NADZIEJA :

Je t’aime Sohan...


Dans sa cellule, il lève la tête, cherchant le ciel mais il n’y a devant ses yeux qu’une caméra de surveillance. Une larme coule sur sa joue, qui se cristallise pendant sa chute et fait un petit bruit de verre en touchant le sol. Sohan ramasse la perle qui redevient une larme et disparaît dans sa main.


SOHAN :

Moi aussi je t’aime Nadzieja...


Nadzieja se lève et quitte la loge.

Sohan entend la porte s’ouvrir. Il se retourne, sur le pas de la porte, il y a un homme, bien droit, en blouse blanche, qui le regarde. Sohan l’observe et reconnaît le réalisateur qu’il a rencontré hier.


SOHAN :

Qui êtes vous ?


MEDECIN :

Je suis ton médecin de garde. Tu sais pourquoi tu es ici ? Sohan ne répond pas. L’autre insiste :


MEDECIN :

Sohan, écoutes-moi ! Est-ce que tu te souviens pourquoi tu es ici ?


SOHAN :

Laissez-moi deviner, vous pensez que je suis fou, mais en fait vous me voulez du mal.


MEDECIN :

Je suis là pour te guérir Sohan, parce que tu es malade ! Est-ce que tu te souviens de Lucie ? Connais-tu une fille qui s’appelle Lucie ?!! Sohan, répond-moi ! Est-ce que tu souviens de ta relation avec Lucie ?!!!


SOHAN s’irritant Fichez-moi la paix, je ne connais pas de « Lucie », je ne connais personne qui s’appelle Lucie !


MEDECIN reprend d’une voix sévère Alors laisses moi te rafraîchir la mémoire, Lucie avait 20 ans, elle travaillait à la billetterie de la gare de Lyon, tu l’as séduite et droguée pour l’emmener dans ton lit. Puis tu l’as torturé !


Sohan et le médecin se déplacent en cercle, face à face, comme des animaux prêts à bondir. L’échange monte d’un ton.


SOHAN :

Vous dîtes n’importe quoi, je suis incapable de faire ça !


MEDECIN continue Tu as bu de son sang, il fallait voir ton visage quand on t’as trouvé, barbouillé de sang. Ensuite tu l’as soignée mais c’est le poison que tu lui as donné qui l’a tué...


SOHAN :

Je ne peux pas croire vos histoires, ça, ce sont Vos fantasmes dont vous m’accusez, vous me voulez que du mal, j’exige ma libération !


MEDECIN soupirant Personne ne te veux du mal ici, personne !


SOHAN :

Alors pourquoi vous ne me laissez pas sortir ? Pourquoi vous m’empêchez de rejoindre Nadzieja ?!


MEDECIN :

Sohan, la réalité c’est ici, cette fille dont tu parles n’existe pas, elle n’est que le produit de ton imagination...

Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Actions
Wiki
Communauté
Dépôt multimedia
Boîte à outils