Varsovie express/SEQUENCE 35

La culture en toute liberté.
Aller à : Navigation, rechercher

<<varsovie express/SEQUENCE 34 | varsovie express/SEQUENCE 36>>

Informations légales

Cette œuvre est basée sur une œuvre originale sous licence art libre.

Source : http://www.varsovie-express.com

Auteurs de l'œuvre originale : Joseph Paris

Licences : N/A

EXTERIEUR / JOUR / VARSOVIE

Une bouteille de vin rouge bas de gamme dans la main, Sohan erre en ville. Sans le savoir, il rejoint le cimetière Powazki. Il se traîne au milieu des tombes. D’un regard flou, il regarde les noms des morts, tous ces inconnus qu’il ne verra jamais, quelques citoyens polonais célèbres, et des victimes de la seconde guerre mondiale, tous alignés en lignes régulières de centaines de croix identiques. Il cherche sa propre tombe, puis réalise la triste absurdité de cette démarche.


Il s’assoie sur une tombe. Il boit. Il baisse la tête. Il pense à elle. Il ferme les yeux. Il relève la tête. Il ouvre les yeux. Il se retourne. Il regarde le nom sur la tombe. Il lit : « Władysław Reymont ». Il se souvient de cet homme.


Il pense :


« Ecrivain, prix Nobel de littérature, fils d’un couple d’aristocrates qui l’avaient destiné à être prête. Il refuse, il arrête l’école, change souvent de métier (comédien, cheminot ...), il voyage et se passionne pour l’écriture. »


Il lit : « 5 décembre 1925 ».


Il boit à sa santé.


Il se retourne à nouveau. Il voit un bouffon vert, Le Bouffon Vert. Le Bouffon Vert observe Sohan, intrigué. Sohan observe le Bouffon Vert, incrédule. Le Bouffon Vert donne à Sohan une petite fiole. Il questionne :


SOHAN :

Qui es-tu ?


BOUFFON VERT :

Je suis le Marquis de Sade.


SOHAN cynique Oh mon dieu !


BOUFFON VERT :

L’idée de Dieu est, je l’avoue, le seul tort que je ne puisse pardonner à l’homme.


Sohan est stupéfait, il regarde le Bouffon Vert l’air halluciné. Le Bouffon Vert reprend :


BOUFFON VERT :

Je suis le Marquis de Sade.


Sohan n’en revient pas. Parlant pour lui même mais à voix haute :


SOHAN :

Ok ... Donc, bon, je résume : j’aime une femme, la malheureuse me surprend au lit avec une autre, je ne sais pas comment tout ça est arrivé, je suis bourré, assis sur une tombe, il y a devant moi un bouffon vert qui se prend pour le marquis de Sade ...


BOUFFON VERT :

Tu oublies quelque chose.


SOHAN :

Tiens, qu’est-ce qu’il me veut encore ce con, quoi ? Qu’est-ce que j’ai oublié ?!


BOUFFON VERT :

Wall Street a perdu 2 points aujourd’hui, il y a des embouteillages monstres sur les routes à cette période de l’année, la France est complice du génocide au Rwanda, la nuit tombe, tu as 22 ans, tu es un écrivain raté, mais ce n’est pas de ta faute, tu étais déjà raté à la base.


SOHAN :

Tu as soif ?


Sohan lui tend la bouteille. Le Bouffon Vert l’ignore et reprend :


BOUFFON VERT :

Tu pourrais la tuer ...


SOHAN :

La tuer ?!


BOUFFON VERT :

Le bonheur est dans le crime.


SOHAN :

...


BOUFFON VERT :

Le bonheur n’est que dans ce qui agite, et il n’y a que le crime qui agite.


Sohan se parlant de nouveau à lui même :


SOHAN :

C’est un cauchemar Sohan, réveilles toi ! (bis)

Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Actions
Wiki
Communauté
Dépôt multimedia
Boîte à outils