Varsovie express/SEQUENCE 5

La culture en toute liberté.
Aller à : Navigation, rechercher

<<varsovie express/SEQUENCE 4 | varsovie express/SEQUENCE 6>>

Informations légales

Cette œuvre est basée sur une œuvre originale sous licence art libre.

Source : http://www.varsovie-express.com

Auteurs de l'œuvre originale : Joseph Paris

Licences : N/A

INTERIEUR / JOUR / BAR SPLEEN

Il rentre dans le bar, retrouve sa place bien à lui, au fond de la salle, sur la banquette. Le barman s’avance vers lui et lui lance ironiquement :


LE BARMAN :

Alors l’autiste, qu’est-ce que je te sers aujourd’hui ?


Sohan lève lentement la tête et lui lance un regard noir. Le barman se reprend :


LE BARMAN :

Excuse-moi, je plaisantais.


Sohan ne dit rien.


LE BARMAN :

Ok, alors un thé citron, comme d’habitude ?


Silence.


LE BARMAN :

Ca marche l’artiste, je te l’amène tout de suite. Eh ! Regarde un peu dans la pièce à coté, il y a une femme qui vient écrire, comme toi.


Sohan tourne la tête et regarde. Le barman reprend :


LE BARMAN :

Comment ça avance ta pièce de théâtre ?


SOHAN :

Je n’ai plus d’inspiration.


Le barman retourne au comptoir chercher le thé. Les yeux de Sohan ne décrochent plus de la femme qui écrit. Il essaye de voir son visage mais elle ne se retourne pas. Elle parait complètement envahie par ses écrits. La cigarette à coté dans le cendrier semble oubliée et donne ses dernières cendres. Puis elle relève la main, pose son stylo à coté de la feuille et tourne la tête vers Sohan. Celui-ci, surpris, baisse immédiatement le regard. Il attend un peu et fait mine de lire un papier qu’il prend sur la table. Puis il tente de la regarder à nouveau. Elle a repris son écriture. Il s’intéresse finalement à l’article imprimé sur le papier. C’est un texte de Sophie Canillac qui s’intitule : Manifeste d’une identité Ou Le paradoxe de la comédienne.


« Je suis une comédienne, tu comprends ? UNE COMEDIENNE ! » ... « Et quelle réponse lui donner ? Le psychologue comprendra la sublimation du narcissisme exacerbé d’un individu resté infantile, guetté par la schizophrénie, le brouillage du réel et du fictif, » ... « C’est par cette exploration de son être chair sensible que le (la) comédien(ne) peut accomplir cette transcendance » ... « Elle fait l’objet d’un choix de vie, d’une implication totale ... »


Sohan ne suivait pas vraiment le sens du texte, bien qu’il était sûr qu’il aurait été fortement intéressé par le sujet en d’autres circonstances, mais là, il avait l’esprit ailleurs. Entre temps, le barman avait amené doucement le thé, craignant de le déranger dans sa lecture et de devoir supporter encore ses yeux noirs. Sohan décroche un instant son regard d’elle pour regarder l’heure. Il se lève, paye, salue le barman et sort.

Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Actions
Wiki
Communauté
Dépôt multimedia
Boîte à outils