A la claire fontaine

La culture en toute liberté.
Version du 16 février 2009 à 14:43 par Psychoslave (discuter | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : Navigation, rechercher

Sommaire

Informations légales

Tout ou partie de cette œuvre est basé sur une œuvre entrée dans le domaine public.

Vous pouvez retrouver la version entrée dans le domaine public en consultant l'œuvre initialement importée dans l'historique.

Sauf absence de modification, l'œuvre diffusée sur cette page est, elle, sous licence art libre.

Source : http://thierry-klein.nerim.net/fontaine.htm

Auteurs de l'œuvre originale :

Licences : Domaine public

A la claire fontaine M'en allant promener J'ai trouvé l'eau si belle Que je m'y suis baigné.

Il y a longtemps que je t'aime, Jamais je ne t'oublierai.

Sous les feuilles d'un chêne, Je me suis fait sécher. Sur la plus haute branche, Le rossignol chantait.

Il y a longtemps que je t'aime, Jamais je ne t'oublierai.

Chante, rossignol, chante, Toi qui a le coeur gai. Tu as le cœur à rire... Moi je l'ai à pleurer.

Il y a longtemps que je t'aime, Jamais je ne t'oublierai.

J'ai perdu mon amie Sans l'avoir mérité, Pour un bouquet de roses Que je lui refusai...

Il y a longtemps que je t'aime, Jamais je ne t'oublierai.

Je voudrais que la rose Fût encore à planter, Et que ma douce amie Fût encore à aimer...

Il y a longtemps que je t'aime, Jamais je ne t'oublierai.





Pour la version féminine, remplacez « baigné » par « baignée » dans le premier couplet, « amie » par « ami » dans le quatrième et prenez cette version du dernier couplet :

Je voudrais que la rose Fût encore à couper, Et que le rosier même Fût encore à planter...



Une autre musique pour les mêmes paroles : [fontain2.mid fontain2.mid (4 Ko)].


Voici une variante que m'a envoyé Christian :

A la claire fontaine M'en allant promener J'ai trouvé l'eau si belle Que je m'y suis baignée.

Il y a longtemps que je t'aime, Jamais je ne t'oublierai.

Sous les feuilles d'un chêne, Je me suis fait sécher. Sur la plus haute branche, Le rossignol chantait.

Il y a longtemps que je t'aime, Jamais je ne t'oublierai.

Chante, rossignol, chante, Toi qui a le cœur gai. Tu as le cœur à rire... Moi je l'ai à pleurer.

Il y a longtemps que je t'aime, Jamais je ne t'oublierai.

Je pleure mon ami Pierre Qui ne veut plus m'aimer Pour un bouton de rose Que je lui refusais...

Il y a longtemps que je t'aime, Jamais je ne t'oublierai.

Je voudrais que la rose Fût encore au rosier Et que mon ami Pierre Fût encore à m'aimer.

Il y a longtemps que je t'aime, Jamais je ne t'oublierai.



D'après Christian, sa version féminine serait la seule correcte et serait proche de l'originale. Selon lui, dans l'avant-dernier couplet, le « bouton de rose » dont parle la chanson représenterait la virginité de la jeune fille qui chante. La chanson prendrait ainsi un tour plus dramatique.

Bien que n'étant pas d'accord avec lui, je publie néanmoins sa version et sa thèse, vous laissant ainsi seuls juges.


Fran�ois Chevalier m'a adressé la version suivante qui nous vient de la Bretagne. Je lui laisse la parole :

Les paroles de la version « hanter dro » que je connais sont les suivantes :

}}

A la claire fontaine, m'en allant promener, M'en allant promener J'ai trouvé l'eau si belle que je m'y suis baigné. Gue fa la la laridaine, gue fa la la ri dé.

J'ai trouvé l'eau si belle que je m'y suis baigné, Que je m'y suis baigné. A la feuille d'un chêne, je me suis fait sécher. Gue fa la la laridaine, gue fa la la ri dé.

A la feuille d'un chêne, je me suis fait sécher, Je me suis fait sécher. Sur la plus haute branche, le rossignol chantait. Gue fa la la laridaine, gue fa la la ri dé.

Sur la plus haute branche, le rossignol chantait, Le rossignol chantait. Chante, rossignol, chante, toi qui a le cœur gai. Gue fa la la laridaine, gue fa la la ri dé.

Chante, rossignol, chante, toi qui a le cœur gai, Toi qui a le cœur gai. Tu as le cœur à rire, moi je l'ai à pleurer. Gue fa la la laridaine, gue fa la la ri dé.

Tu as le cœur à rire, moi je l'ai à pleurer, Moi je l'ai à pleurer. C'est pour mon ami Pierre qui ne veut plus m'aimer. Gue fa la la laridaine, gue fa la la ri dé.

C'est pour mon ami Pierre qui ne veut plus m'aimer, Qui ne veut plus m'aimer. C'était pour une rose que je lui refusai. Gue fa la la laridaine, gue fa la la ri dé.


Certains chanteurs s'arrêtent là, d'autres ajoutent deux ou trois couplets, dont je ne me souviens plus exactement sur le thème « Je voudrais que la rose fût encore au rosier ». Mais j'ai entendu quelqu'un ajouter à la place le couplet suivant :

}}

A la claire fontaine, m'en allant promener, M'en allant promener. J'ai trouvé l'eau si belle que je m'y suis noyée. Gue fa la la laridaine, gue fa la la ri dé.


Notes :

  • comme beaucoup de chants à danser de par ici, c'est un « chant à répondre » : les deux premières lignes sont répétées par les danseurs (ou un autre interprète) ainsi que les deux dernières ; comme cela le rythme est plus soutenu et le chant dure plus longtemps.
  • en Haute-Bretagne on écrit « gue  » ou « gué » mais on prononce « djé », je ne sais pas pourquoi, rapport au gallo, je suppose.

}}

Merci donc à Fran�ois Chevalier pour sa contribution.


Tatie Monique (de [Mama Lisa]) (merci à elle) m'a proposé trois versions dont deux avec des airs différents de l'air « classique ».

  • #version1 La première nous vient du Québec, une version masculine, qui se singularise par certains couplets et par un refrain particulier.
  • #version2 La deuxième ne rentre pas tout-à-fait dans le cadre de ce site puisque son refrain est en créole (une autre version masculine).
  • #version3 La troisième nous vient aussi du Québec mais il s'agit de « A la claire fontaine ainsi qu'on la chante en France » (une version féminine).

Tatie Monique m'a également communiqué l'adresse suivante http://www.scoutsdequebec.qc.ca/musique000.html#1 où vous pouvez trouver huit (!) versions de cette chanson.


Version québécoise

A la claire fontaine, M'en allant promener J'ai trouvé l'eau si belle Que je m'y suis baigné.

Fendez le bois, chauffez le four, Dormez ma belle, il n'est point jour.

Sous les feuilles d'un chêne, Je me suis fait sécher Sur la plus haute branche, Un rossignol chantait.

Fendez le bois, chauffez le four, Dormez ma belle, il n'est point jour.

Chante rossignol, chante, Toi qui as le cœur gai Tu as le cœur à rire, Moi je l'ai à pleurer.

Fendez le bois, chauffez le four, Dormez ma belle, il n'est point jour.

J'ai perdu ma promise, Sans l'avoir mérité Pour un bouquet de roses, Que je lui refusais.

Fendez le bois, chauffez le four, Dormez ma belle, il n'est point jour.

Je voudrais que la rose, Fût encore au rosier Et moi et ma promise Dans les mêmes amitiés.

Fendez le bois, chauffez le four, Dormez ma belle, il n'est point jour.



Version créole

A la claire fontaine m'en allant promener, J'ai trouvé l'eau si belle que je m'y suis baigné. Sous la feuille d'un chêne je me suis fait sécher, Sur la plus haute branche un rossignol chantait.

Pitit' qui pas connait' chanter doubout aller kaï maman, Pitit' qui pas connait' chanter doubout aller kaï maman.*

Sous la feuille d'un chêne je me suis fait sécher, Sur la plus haute branche un rossignol chantait. Chante rossignol chant' toi qui a le cœur gai, Tu as le cœur à rire moi je l'ai à pleurer.

Pitit' qui pas connait' chanter doubout aller kaï maman, Pitit' qui pas connait' chanter doubout aller kaï maman.

Chante rossignol chant' toi qui a le cœur gai, Tu as le cœur à rire moi je l'ai à pleurer. J'ai perdu mon amie sans l'avoir mérité Pour un bouquet de roses que je lui refusai.

Pitit' qui pas connait' chanter doubout aller kaï maman, Pitit' qui pas connait' chanter doubout aller kaï maman.

J'ai perdu mon amie sans l'avoir mérité Pour un bouquet de roses que je lui refusai. Je voudrais que la ros' fut encor' au rosier Et que le rosier même fut encor' à planter.

Pitit' qui pas connait' chanter doubout aller kaï maman, Pitit' qui pas connait' chanter doubout aller kaï maman.

Je voudrais que la ros' fut encor' au rosier Et que le rosier même fut encor' à planter. La suit' de la chanson j'crois qu'je l'ai oubliée : Si ça n'vous ennuie pas j'vais la recommencer.

Pitit' qui pas connait' chanter doubout aller kaï maman, Pitit' qui pas connait' chanter doubout aller kaï maman.


*Petite qui ne sait pas chanter Va-t-en chez ta maman.




A la claire fontaine

Ainsi qu'on la chante en France

M'en revenant des noces J'étais bien fatiguée, Auprès d'une fontaine Je me suis reposée.

Ah ! j'l'attends, j'l'attends, j'l'attends Celui que j'aime, Que mon cœur aime. Ah ! j'l'attends, j'l'attends, j'l'attends Celui que mon cœur aime tant.

Auprès d'une fontaine Je me suis reposée ; J'ai trouvé l'eau si claire Que je m'y suis baignée.

Ah ! j'l'attends, j'l'attends, j'l'attends Celui que j'aime, Que mon cœur aime. Ah ! j'l'attends, j'l'attends, j'l'attends Celui que mon cœur aime tant.

J'ai trouvé l'eau si claire Que je m'y suis baignée ; Puis au pied d'un grand chêne, Je me suis fait sécher.

Ah ! j'l'attends, j'l'attends, j'l'attends Celui que j'aime, Que mon cœur aime. Ah ! j'l'attends, j'l'attends, j'l'attends Celui que mon cœur aime tant.

Puis au pied d'un grand chêne, Je me suis fait sécher ; Sur la plus haute branche, Le rossignol chantait.

Ah ! j'l'attends, j'l'attends, j'l'attends Celui que j'aime, Que mon cœur aime. Ah ! j'l'attends, j'l'attends, j'l'attends Celui que mon cœur aime tant.

Sur la plus haute branche, Le rossignol chantait ; Chante, rossignol, chante, Toi qui a le cœur gai.

Ah ! j'l'attends, j'l'attends, j'l'attends Celui que j'aime, Que mon cœur aime. Ah ! j'l'attends, j'l'attends, j'l'attends Celui que mon cœur aime tant.

Chante, rossignol, chante, Toi qui a le cœur gai ; Tu as le cœur à rire, Moi je l'ai à pleurer.

Ah ! j'l'attends, j'l'attends, j'l'attends Celui que j'aime, Que mon cœur aime. Ah ! j'l'attends, j'l'attends, j'l'attends Celui que mon cœur aime tant.

Tu as le cœur à rire, Moi je l'ai à pleurer ; J'ai perdu mon amant, Mon amant adoré.

Ah ! j'l'attends, j'l'attends, j'l'attends Celui que j'aime, Que mon cœur aime. Ah ! j'l'attends, j'l'attends, j'l'attends Celui que mon cœur aime tant.

J'ai perdu mon amant, Mon amant adoré ; Pour un bouquet de roses, Que je lui refusai.

Ah ! j'l'attends, j'l'attends, j'l'attends Celui que j'aime, Que mon cœur aime. Ah ! j'l'attends, j'l'attends, j'l'attends Celui que mon cœur aime tant.

Pour un bouquet de roses, Que je lui refusai ; Je voudrais que la rose, Fût encore au rosier.

Ah ! j'l'attends, j'l'attends, j'l'attends Celui que j'aime, Que mon cœur aime. Ah ! j'l'attends, j'l'attends, j'l'attends Celui que mon cœur aime tant.

Je voudrais que la rose, Fût encore au rosier ; Et que le rosier même, F�t encore à planter.

Ah ! j'l'attends, j'l'attends, j'l'attends Celui que j'aime, Que mon cœur aime. Ah ! j'l'attends, j'l'attends, j'l'attends Celui que mon cœur aime tant.

Et que le rosier même, F�t encore à planter ; Et que mon amant tendre, Fût encore à mes pieds.

Ah ! j'l'attends, j'l'attends, j'l'attends Celui que j'aime, Que mon cœur aime. Ah ! j'l'attends, j'l'attends, j'l'attends Celui que mon cœur aime tant.




Interprétations

Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Actions
Wiki
Communauté
Dépôt multimedia
Boîte à outils