Il pleut, il pleut, Bergère

La culture en toute liberté.
Version du 16 février 2009 à 15:39 par Psychoslave (discuter | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : Navigation, rechercher

Sommaire

Informations légales

Tout ou partie de cette œuvre est basé sur une œuvre entrée dans le domaine public.

Vous pouvez retrouver la version entrée dans le domaine public en consultant l'œuvre initialement importée dans l'historique.

Sauf absence de modification, l'œuvre diffusée sur cette page est, elle, sous licence art libre.

Source : http://thierry-klein.nerim.net/ilpleuti.htm

Auteurs de l'œuvre originale : FABRE D'ÉGLANTINE, SIMON

Licences : Domaine public

Aussi intitulé «L'Orage».

Paroles de FABRE D'ÉGLANTINE, Musique de SIMON

Paroles

Il pleut, il pleut, bergère, Presse tes blancs moutons, Allons sous ma chaumière, Bergère, vite, allons ; J'entends sur le feuillage, L'eau qui tombe à grand bruit : Voici, voici l'orage ; Voilà l'éclair qui luit.

Entends-tu le tonnerre ? Il roule en approchant ; Prends un abri, bergère, À ma droite, en marchant. Je vois notre cabane... Et, tiens, voici venir Ma mère et ma sœur Anne, Qui vont l'étable ouvrir.

Bonsoir, bonsoir, ma mère ; Ma sœur Anne, bonsoir ; J'amène ma bergère Près de vous pour ce soir. Va te sécher, ma mie, Auprès de nos tisons. Sœur, fais-lui compagnie. Entrez, petits moutons.

Soignons bien, ô ma mère, Son tant joli troupeau ; Donnez plus de litière A son petit agneau. C'est fait. Allons près d'elle. Eh bien ! Donc te voilà ! En corset qu'elle est belle ! Ma mère voyez-la.

Soupons, prends cette chaise, Tu seras près de moi ; Ce flambeau de mélèze Brûlera devant toi ; Goûte de ce laitage ; Mais tu ne mange pas ? Tu te sens de l'orage. Il a lassé tes pas.

Eh bien ! Voilà ta couche Dors-y jusques au jour ; Sur ton front pur, ma bouche Prend un baiser d'amour. Ne rougis pas, bergère, Ma mère et moi, demain, Nous irons chez ton père Lui demander ta main.



Variante du dernier couplet :

Eh bien ! Voilà ta couche Dors-y jusques au jour ; Laisse-moi sur ta bouche Prendre un baiser d'amour. Ne rougis pas, bergère, Ma mère et moi, demain, Nous irons chez ton père Lui demander ta main.


Autre variante du dernier couplet :

Eh bien ! Voilà ta couche Dors-y jusques au jour ; Laisse-moi de ta bouche Entendre un mot d'amour. Ne rougis pas, bergère, Ma mère et moi, demain, Nous irons chez ton père Lui demander ta main.


Notes et références

Philippe François Nazaire Fabre dit Fabre d'Eglantine naquit en 1750 à Limoux (Aude)... C'est au cours d'un séjour à Maastricht en 1780 qu'il composera, sur une musique du violoniste Victor Simon, la chanson « L'Hyménée », qui deviendra célèbre sous le titre de son premier vers « Il pleut, il pleut, bergère »... Il fut guillotiné le 5 avril 1794 - ou plutôt selon « son » calendrier, le 16 germinal an II. La légende veut qu'il ait fredonné sa célèbre chanson sur la charrette qui le conduisait à l'échafaud.

Pour tout l'or des mots, Claude Gagnière, Ed. Robert Laffont, coll. Bouquins, p. 187.

La même mélodie mais avec un accompagnement de M. H. Colet, professeur d'harmonie au Conservatoire ; écoutez le tonnerre gronder (!). J'ai trouvé cette chanson sous le titre « L'Orage ».

Interprétations

Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Actions
Wiki
Communauté
Dépôt multimedia
Boîte à outils