Pascal Quignard

La culture en toute liberté.
Version du 2 janvier 2013 à 14:38 par Frachet (discuter | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : Navigation, rechercher

Pascal Quignard , une enfance dans la ville du Havre.

Principales distinctions : Grand Prix du roman de l'Académie française en 2000 pour "Terrasse à Rome" et Prix Goncourt en 2002 pour "Les Ombres errantes".

« Il y a dans "lire" une attente qui ne cherche pas à aboutir. Lire c’est errer. » Pascal Quignard

Pascal Quignard est né en avril 1948 à Verneuil-sur-Avre dans le département de l'Eure qui a obtenu le prix Goncourt 2002 pour son roman-essai Les Ombres errantes, publié chez Grasset. Violoncelliste de formation, la musique a beaucoup marqué son œuvre et il a fondé le Festival d'opéra et de théâtre baroques de Versailles.

Malgré une place importante dans la littérature contemporaine, il est peu connu du grand public, si ce n'est pour son roman Tous les matins du monde dont l'adaptation au cinéma et la réalisation d'Alain Corneau, qui a contribué à le révéler au grand public.

Pascal Quignard : un homme partagé entre littérature et musique, baignant tout enfant dans un univers culturel qui sera le sien toute sa vie. Il naît le 23 avril 1948 à Verneuil-sur-Avre en Normandie mais va passer toute sa jeunesse dans la ville du Havre dans une famille où la culture tient une place essentielle avec des parents professeurs de lettres classiques, une lignée d’organistes du côté paternel et une lignée de linguistes –dont son grand-père Charles Bruneau- du côté maternel.

À l’âge de 18 mois en 1949, il connaît des phases aiguës de mutisme qui vont se réactiver vers sa seizième année. Sur cette question, il dira plus tard que « ce silence, c’est sans doute ce qui m’a décidé à écrire, à faire cette transaction : être dans le langage en me taisant ». Il traverse donc une enfance souvent assez difficile, souffrant également d’anorexie. Son évasion, c’est le langage, les littératures anciennes et la musique. Il s’initie de quantité d’instruments comme le piano, l'orgue, le violoncelle, le violon et l'alto.

Il évolue aussi dans une ville particulière, sans doute troublante pour cet enfant si fragile et émotif, ville martyre ravagée par la guerre, entre destruction et reconstruction sur les idées alors novatrices de l’architecte Auguste Perret. Cette enfance au Havre qui couvre ses onze premières années est dominée par la littérature, une éducation stricte dont il dira qu’elle a été « grammaticale, sévère, classique et catholique. » Il se fera d'abord connaître par un premier essai sur le poète de la Renaissance Maurice Scève.

Cette osmose entre musique et littérature qui est toute son enfance et qu’il ressent de façon si intense, va lui servir de thème à son livre le plus connu « Tous les matins du monde » qui retrace la vie d’un compositeur français du XVIIe siècle, Marin Marais et ses relations avec un autre compositeur contemporain, Monsieur de Sainte-Colombe, dont le succès sera décuplé par le film d’Alain Corneau tourné en 1991 avec Gérard Depardieu et Jean-Pierre Marielle dans les rôles principaux et dont il assure adaptation et dialogues. Curieux contraste avec son autre livre « Les ombres errantes, premier tome de sa suite « Dernier royaume » qui obtint le prix Goncourt en 2002 mais pas vraiment le succès escompté.

Après onze années, la famille déménage à Sèvres où Pascal Quignard va retrouver un univers très semblable dans le superbe environnement du parc où se situe le lycée et l’appartement de ses parents et, au fond de ce parc, le pavillon Lully qu’il s’était fait construire à la fin de sa vie. « Je quittai Le Havre en 1958. Je me souviens que le vent soufflait par rafales. Le ciel était blanc. Le soleil était bas, rond, blanc, si faible. C'était le début de l'hiver. » écrit Pascal Quignard, dans La barque silencieuse.

<<<<<<<<<<<< Voir aussi l'article : Pascal Quignard à Sens >>>>>>>>>>>>

Bibliographie sélective

  • "Petits traités", Tome I, avec un traité de gravure de Louis Cordesse, éditions Clivages, 1981; Tome II, Clivages, 1983; Tome III, Clivages, 1984
  • "Le Vœu de silence", essai sur 'Louis-René des Forêts, éditions Fata Morgana, 1985, réédité chez Galilée, 2005
  • "La Leçon de musique", éditions Hachette, 1987
  • "Tous les matins du monde", éditions Gallimard, 1991
  • "Georges de la Tour", éditions Flohic, 1991, réédité chez Galilée, 2005
  • "Le Nom sur le bout de la langue", éditions POL, 1993
  • "L'occupation américaine", Éditions du Seuil, 1994
  • "Vie secrète", éditions Gallimard, 1998
  • "Terrasse à Rome", éditions Gallimard, 2000, (Grand Prix du roman de l'académie française)
  • "Dernier Royaume", éditions Grasset, 2002-205, Tome I : "Les Ombres errantes" (prix Goncourt 2002), Tome II : "Sur le jadis", Tome III : "Abîmes", Tome IV : "Les Paradisiaques ", Tome V : "Sordidissimes"
  • "Medea", Éditions Ritournelles, 2011, isbn 9782953552010
  • "Les solidarités mystérieuses", Gallimard, 2011, isbn 9782070784790

Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Actions
Wiki
Communauté
Dépôt multimedia
Boîte à outils