Saint-John Perse

La culture en toute liberté.
Version du 16 octobre 2012 à 17:00 par Frachet (discuter | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : Navigation, rechercher

Saint-John Perse

Saint-John Perse, prix Nobel de littérature 1960
Diplomate, ambassadeur de France (1887-1975)

St john perse 1974 L Clergue.jpg ST jPerse 65 Clergue.jpgSJP roberrt petit-lorraine.jpg
------------- Portraits datant de 1974 et de 1965, croquis de Robert Petit-Lorraine -----------

Homme singulier que Saint-John Perse, se cachant derrière divers pseudonymes, [1] entre le grand diplomate qui a sous la troisième république durablement influencé la diplomatie française tout en créant une œuvre poétique qui, entre symbolisme et lyrisme, a marqué la composition poétique moderne. Homme double donc, même si officiellement son pseudonyme a pour rôle de séparer sa mission diplomatique de sa vocation poétique. Alexis Leger né le 31 mai 1887 à Pointe-à-Pitre à la Guadeloupe, décédé le 20 septembre 1975 à Giens dans le Var, diplomate français et Saint-John Perse, un des plus grands poètes contemporains couronné par le prix Nobel de littérature en 1960.

St John Perse souques pages pointe a pitre.jpg La maison Souques-Pagès de Pointe-à-Pitre

Fils d'Édouard Leger, avocat à Pointe-à-Pitre à partir de 1873, et de Marie Pauline Dormoy issue d'une famille de planteurs, Marie René Auguste Alexis Leger passe son enfance à Pointe-à-Pitre jusqu'en 1899 puis la famille s’installe à Pau dans les Pyrénées atlantiques, où il suit ses études au lycée Louis-Barthou puis à Bordeaux en 1904. Sa première référence est un ami de ses parents

Son enfance s’écoule à la Guadeloupe, une enfance heureuse, d’abord dans l’îlet familial de Saint-Léger-les-feuilles, dans la petite ville voisine dans la rue des abymes puis dans les plantations de ses grands-parents : du côté maternel, l’Habitation du bois-debout sur la côte de Capesterre [2] et du côté paternel l’Habitation de La Joséphine en souvenir de l’ancienne impératrice. [3] Vers ses 11 ans, il est influencé par un ami de ses parents le RP Duss, grand botaniste qui l’initie à l’importance du langage, à ses nuances, lui parlant du nom savant et "vulgaire" des plantes, des noms si évocateurs, d’une puissance poétique si extraordinaire qui frappe l’imagination du futur poète.

Saint-John Perse 54 rue Achille René Boisneuf, Pointe-à-Pitre.JPG Sa maison natale rue Boisneuf à Pointe-à-Pitre

C’est le poète Francis Jammes, "l’ermite d’Orthez" qu’il rencontre à Pau, qui va l’influencer et le mettre en relations avec Paul Claudel, André Gide et les écrivains de la NRF. Il publie alors ses premiers poèmes à La Nouvelle Revue française en 1911 puis en 1925 son recueil le plus célèbre Anabase, s’abstenant après de toute publication pendant toute sa carrière de diplomate.

Son œuvre ne comprend guère de "je", de "moi", aucun égo, il ne parle pas directement de lui-même. Pourtant, ses principaux recueils de poèmes sont, dans leur essence, liés à sa biographie. L’exubérance d’Éloge rappelle les paysages antillais, « ô mes plus grandes fleurs voraces, parmi la feuille rouge, à dévorer tous mes plus beaux insectes verts !… les fleurs s’achevaient en des cris de perruche […] ô joie inexplicable sinon par la lumière. »

Il passe le concours des Affaires étrangères en 1914 et pendant cinq ans, de 1916 à 1921, nommé secrétaire d’ambassade à Pékin, il change radicalement d’univers. Il en profite pour voyager en Extrême-Orient, à travers la Chine, la Mongolie, en Asie centrale et jusqu’au Japon. C’est au retour d’un de ses voyages qui l’a conduit dans le désert de Gobi qu’il entreprend d’écrire Anabase, son œuvre la plus connue. Pour écrire, il dispose d’un calme absolu, un ancien temple taoïste dans les collines au nord-ouest de Pékin. À cette époque, il visite aussi l’archipel malais puis s’engage dans une croisière en voilier dans la Polynésie.

La puissance des éléments, le soulèvement des forces de la nature impriment son rythme à Vents. Le désespoir de quitter son pays et de devoir émigrer aux Etats-Unis après les décrets de Vichy le frappant, lui l’ancien ambassadeur de France, de déchéance et de radiation de sa nationalité, de confiscation de ses biens et de radiation de sa légion d’honneur, sa solitude transparaît dans son recueil Exil. On peut suivre son parcours à travers des photos, sur un bateau en partance pour l’exil américain en 1940, à Long Beach Island, « le lieu flagrant et nul » où il écrit Exil en 1941 et à Hundred Acre Island en 1945.

Leger, locarno 25 Henri Fromageot, Aristide Briand, Philippe Berthelot.jpg
St-John Perse (à gauche) et Aristide Briand (au centre) à Locarno en 1925

Le diplomate fera une brillante carrière qui sera comme une longue mise en veille de sa vocation de poète : secrétaire de la légation française de Pékin de 1916 à 1921, directeur du cabinet d’Aristide Briand en 1925 [4] et enfin secrétaire général du ministère des Affaires étrangères, avec rang d’ambassadeur de 1933 à 1940. [5] En juin 1940, Paul Reynaud le démet brutalement de ses fonctions et Leger en est si blessé qu’il refuse toute nouvelle affectation puis choisit l’exil aux États-Unis. Profondément anti-gaulliste, il refuse toute collaboration avec son mouvement, travaille à la Bibliothèque du Congrès à Washington et dit-on, est très écouté par le président Roosevelt.

Dès lors, il va s’établir aux États-Unis, Il se marie avec une Américaine, Dorothy Russel, dédicataire de Poème à l'étrangère, qui a vingt ans de moins que lui et qu'il appelle "Dot" ou "Diane. Le prix Nobel qui lui est attribué en 1960, il le doit en partie à l’action de ses amis américains et de à Dag Hammarskjöld, le secrétaire général de l’ONU qui contribuent à faire connaître son œuvre à travers le monde.

A partir de 1957, il revient en France pour faire de longs séjours sur la presqu'île de Giens où certains de ses amis américains ont mis à sa disposition une propriété, « Les Vigneaux ». C’est là-bas à Giens qu’il va décéder le 20 septembre 1975 où il repose depuis.

<<<<<<<< • • • © cjb • • • >>>>>>>>

Notes et références

  1. Comme Saint Leger Leger en trois mots ou Saintleger Leger en deux, ou St L. Leger, et enfin Saint-John Perse à partir d'Anabase en 1924, recueil qui fut lui même signé un temps « St-J. Perse ».
  2. Plantation de cannes à sucre face aux îles des Saintes et de Marie-Galante, près de l’anse de Sainte-Marie où Christophe Collomb débarqua lors de son deuxième voyage
  3. Plantation de caféiers et de cacaoyers sur les hauteurs de Matouba au pied du volcan de La Soufrière
  4. Il est l'un des principaux auteurs des Accords de Locarno en octobre 1925
  5. Il a joué un rôle important lors de la conférence de Stresa en 1935 et, conservant ce poste pendant huit ans, il a assuré la continuité de la diplomatie française face aux aléas politiques.

Bibliographie

Ouvrages de Saint-John Perse
- Anabase (1924)
- Exil (1943) : Exil,, Pluies, Neiges, Poème à l'étrangère
- L'ordre des oiseaux (1962), réédité en 1963 sous le titre Oiseaux
- Pour Dante (1965)
- Chant pour un équinoxe (1971)
- Nocturne (1973)
- Sécheresse (1974)

Ouvrages sur Saint-John Perse
- Hommage à Saint-John Perse, Les cahiers de la pléiades, n° X, été-automne 1950
- Maurice Saillet, Saint-John Perse poète de gloire, Mercure de France, 1952
- Alain Bosquet, Saint-John Perse, éditions Pierre Seghers, 1953, 1ère édition
- Roger Caillois, Poétique de Saint-John Perse, éditions Gallimard, 1954
- Pierre Guerre, Saint-John perse et l’homme, éditions Gallimard, 1955
- Jean-Marc Tixier, Saint-John Perse à Giens, éditions Images En manœuvre, mars 2006, isbn 2849950459
- Renaud Meltz, Alexis Leger dit Saint-John Perse, Flammarion, 850 pages


Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Actions
Wiki
Communauté
Dépôt multimedia
Boîte à outils