Adieu l’ami

La culture en toute liberté.
Aller à : Navigation, rechercher

Informations légales

Cette œuvre est basée sur une œuvre originale sous licence art libre.

Source : http://www.okedomia.com/2007/06/19/adieu-lami/

Auteurs de l'œuvre originale : Eleken Traski

Licences : N/A

Bonsoir,

Je vais sans doute passer pour un idiot, un naïf, un incommensurable abrutit, mais je vais quant même vous faire part de ma découverte. La voici, j’ai découvert ce soir (et je suis encore sous le choc de cela d’ailleurs) que lorsque quelqu’un, à fortiori votre ami s’est mis en tête que vous étiez détestable et qu’il devait vous détester (à tord ou a raison, j’ignore sincèrement de quel côté me ranger), alors vous aurez beau tout tenter pour lui faire comprendre votre regret et vos bonnes intentions, cela ne servira à rien. Il vous détestera même si rien ne justifie dans les actes. Car la haine est aveugle et il ne verra pas tous les efforts que vous faites pour lui faire plaisir et lui montrer qu’il peut vraiment compter sur vous. Il ira même s’inventer des mensonges, par exemple vous accusez d’aimer telle ou telle musique uniquement parce qu’il les aime alors que c’est justement un des points qui vous avez rapproché, pour justifier sa haine qui ne se justifie pas. Alors quand vous êtes face à cela, que faire ? J’ai essayé de me comporter comme tous les jours, de faire fi de ses bassesses et autre coup de couteau dans le dos. Mais trop c’est trop. Cet ami auquel je tenais, pour qui j’aurais donné ma vie et brûlé mon âme, a pris un prétexte misérable et maintenant joue avec le feu pour me blesser. Non content d’avoir clairement expliqué la rupture du lien, il a fait jouer le temps pour finalement m’écorché vif sur son autel de rancœur putride et infâme. Je te dis merci ce soir pour ton manque d’honnêté vis-à-vis de moi. J’ai encore appris que l’on pouvait souffrir toujours un peu plus en ce monde. Justement ces temps noirs de mon existence où j’avais besoin d’un soutien, tu l’as choisie pour faire ta misérable et odieuse croisade contre la fraternité. J’avais pourtant tout partagé, tout donné, avec sincérité et sans retenue. Ma récompense ce soir est une insulte aux rêves, une insulte à la famille, une insulte à l’être humain que tu restes. Quoi que tu fasses, quoi que tu dises… Mais je ne crois plus à tes mensonges. Mes chaînes sont maintenant brisées, détruites, pulvérisées. Le bâton désormais ne peut plus me toucher. Il me faut maintenant lutté contre pire que l’affliction de la perte d’un être cher, pire que le malheur ce soir d’avoir perdu à jamais une âme que je voulais aider dans sa lutte pour elle-même, pire que l’abandon aux peurs et aux noirceurs de l’âme. Il me faut maintenant lutter contre le désir de faire mal en retour. Je dois laisser la vengeance s’évanouir, je dois la laisser passer à travers moi sans me toucher. Y arriverais-je ? Je ne sais pas encore. Peut-être. J’espère. Que la dernière chose que je puisse sauver, sois au moins le respect que j’ai pour moi-même d’avoir toujours respecté cet autre que moi, d’avoir voulu partager ses peines, d’avoir gardé ses secrets… J’ai échoué, cette âme ne voulait être sauvé. Je n’ai pas pu changer cela. J’ai des remords et j’ai des regrets, et ce soir, j’accepte ce qui est un fait.

Adieu. PS : Je ne sais pas si cela est utile ou pas, mais j’ai pris l’habitude d’agir selon ma conscience et non selon ma raison. Je suis désolé et je te demande de me pardonner.

Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Actions
Wiki
Communauté
Dépôt multimedia
Boîte à outils