Ballade de Roland

La culture en toute liberté.
Aller à : Navigation, rechercher

Informations légales

Tout ou partie de cette œuvre est basé sur une œuvre entrée dans le domaine public.

Vous pouvez retrouver la version entrée dans le domaine public en consultant l'œuvre initialement importée dans l'historique.

Sauf absence de modification, l'œuvre diffusée sur cette page est, elle, sous licence art libre.

Source : http://thierry-klein.nerim.net/balladed.htm

Auteurs de l'œuvre originale :

Licences : Domaine public

Roncevaux : 778

Connais-tu la complainte Du grand Roland ? Là-bas, entends la plainte Du cor dolent ! Il suivait Charlemagne, Fier paladin, Et battit en Espagne Le Sarrasin.

Triomphants, Charlemagne Et ses féaux Descendaient la montagne Vers Roncevaux. Par les ravins sauvages On défilait ; Pour garder les passages Roland veillait.

La triste sonnerie Jaillit soudain, Charles s'arrête et crie : « Ce son lointain ?... Paladins en arrière, C'est l'olifant ! Repassons la frontière, Aide à Roland ! »

Perdue, et par traîtrise De Ganelon, Son armée est surprise, Grâce au félon. Les instruments sonores Des mécréants Ont retenti, les Mores Vont menaçants.

Ô héros d'épopée, Brave et féal, Va, brise ton épée, Ta Durandal ! Adieu ! Ta douce France ! Par Saint Michel, Âme, fleur de vaillance, Volez au ciel !

Du cor mélancolique L'appel est doux. Ô phalange héroïque, Reviendrez-vous ? Est-ce, Roland, ton âme, Est-ce ta voix, Ce cor qui pleure et clame Au fond des bois ?





Je ne vais pas vous réciter la Chanson de Roland. C'est une des premières œuvres en français qui nous soit parvenues. La date exacte de sa composition et l'identité de son auteur sont sujets à controverse : disons qu'elle date d'au moins neuf siècles. Ecrite en vers de dix pieds, elle fait partie de ce que l'on appelle les chansons de geste de gesta en latin : exploits. Elle raconte beaucoup de faits dont notamment cet épisode de Roncevaux.

Charlemagne était passé dans la péninsule ibérique pour contrer des incursions arabes dans la marche d'Espagne (marche : territoire frontalier récemment conquis, de là vient le titre de marquis). Après batailles et victoire il s'en revenait dans son empire. Il avait confié le commandement de son arrière-garde à son neveu Roland. Or, Ganelon, un proche de Charlemagne qui avait de la rancune pour Roland et Charlemagne (la raison de cette rancune est expliquée dans des scènes se déroulant avant l'entrée en Espagne), Ganelon, donc, décida de trahir et alla livrer aux Sarrasins (aux arabes) l'itinéraire de retour des armées de Charlemagne. Ceux-ci n'eurent plus qu'à tendre un piège et attaquèrent l'arrière-garde dans le défilé du col de Roncevaux. Roland sonna de son cor pour appeler à l'aide mais l'armée était déjà trop loin et la petite troupe fut exterminée. Roland se rompit les veines du cou à souffler dans son cor mais il eut quand même la force de briser son épée, Durandal, pour qu'elle ne tombe pas en de mauvaises mains. Il y a une suite, mais pour la connaître vous devrez lire la chanson, dans une traduction moderne, bien évidemment, à moins que vous lisiez couramment le vieux français.

}}

Qui y a-t-il de vrai dans tout cela ? Charlemagne est bien allé combattre en Espagne. En revenant son arrière-garde fut bien attaquée à Roncevaux. Mais c'est tout ! Roland qui a bien existé n'était pas le neveu de Charlemagne, il n'était qu'un vassal parmi d'autres : il était préfet de Bretagne. Il est effectivement mort à Roncevaux mais pas d'une attaque des Sarrasins, plutôt d'une embuscade de montagnards Basques qui se moquaient aussi bien de l'empereur que des arabes. Le reste n'est que roman...


Notes :

  • dolent : triste, plaintif (du latin dolens, participe présent de dolere, souffrant, souffrir) ;
  • paladin : homme du palais (du latin palatum, palais), seigneur faisant partie des proches de la suite de Charlemagne ;
  • Sarrasin : non ce n'est pas du blé noir ni une autre céréale, pendant longtemps les musulmans d'Espagne, d'Afrique du Nord, furent appelés ainsi (du latin Sarraceni, les Sarracènes, peuple de l'Arabie dite heureuse) ;
  • féaux, féal : de foi, fidèle ;
  • olifant : d'éléphant, petit cor d'ivoire ;
  • félon : déloyal, traître à son seigneur ;
  • mécréant : qui n'a pas la vrai foi (= mal croyant) ;
  • Mores : ou Maures (comme le massif du même nom en Provence), de l'ancienne Mauritanie, contrée de l'Afrique du Nord, désignait les musulmans d'Afrique du Nord, puis par extension toute personne avec un teint basané ;
  • France : anachronisme, la France n'existait pas à cette époque, Charlemagne avait pour capitale Aix-la-Chapelle, rappelons le ;
  • phalange : corps de l'armée macédonienne dans l'antique Grèce armé de longues lances sur lesquelles venaient se briser les charges de l'ennemi.

Au fait : ballade (2 L), poème, mais balade (ou balader), promenade (1 L).

Interprétations

Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Actions
Wiki
Communauté
Dépôt multimedia
Boîte à outils