Brassens, le regard de Gibraltar

La culture en toute liberté.
Aller à : Navigation, rechercher

Brassens : le regard de "Gibraltar"

Référence: Jacques Vassal, Brassens : le regard de "Gibraltar", éditions Fayard / Chorus, 293 pages isbn 2-21-362813-0

Brassens Vassal3.jpg

Depuis le temps qu'on l'attendait ce témoignage du meilleur connaisseur de Brassens, Pierre Onteniente, celui qui l'a suivi comme son ombre toute sa vie, depuis leur rencontre au camp de Basdorf, au bon temps du STO en Allemagne. Jacques Vassal qui a travaillé en étroite collaboration avec celui que Brassens avait surnommé "Gibraltar" parce qu'il était solide comme un roc et faisait face à toutes les situations nous révèle un Brassens au plus près de la réalité quotidienne à travers le regard de "Gibraltar".

C'est un Brassens familier qu'il nous présente, se déchargeant sans vergogne de tous les soucis pratiques sur son ami : répondre au courrier, au téléphone, faire les tournée, servir de chauffeur et de paravent pour préserver sa tranquillité. Toujours présent, toujours disponible. Georges est revenu depuis peu à paris, habite dans le 14ème et menacé de STO, ce qui ne lui plaît pas du tout; mais il obtempère. C'est ainsi qu'ils se sont connus. Ils se retrouvent à Paris à la fin de la guerre où Brassens bricole ses chansons et va souvent voir Gibraltar, l'attendre devant le bureau de poste où il travaille.

Les débuts de Brassens sont calamiteux : du Caveau de la République et au Lapin Agile, refus et bides. Puis, flanqué de "Gibraltar" et de deux potes sétois, ce sera la rencontre décisive avec avec Patachou, dans son cabaret de la Butte Montmartre. Alors, l'Olympia et Bobino pourront suivre. C'est l'époque de Jeannne et de Marcel dans l'impasse Florimont puis beaucoup plus tard la maison de rue Santos Dumont, la maison des "Copains d'abord". Mais, ultime regret, il arrivera trop tard pour fermer les yeux de son ami, décédé du côté de Montpellier chez le docteur Bousquet.

Les amis vont ses succédé dans cette galerie de portraits, Pierre Nicolas et sa contre-basse, son ombre sur scène, René Fallet le journaliste du Canard qui fera la première critique positive sur ses chansons et l'entraînera dans l'aventure du film "Porte des lilas" tiré d'un de ses romans, le "Grand Jacques", l'ami qui le soutint lors d'une énième crise de coliques néphrétiques et le visita en rentrant des Marquises peu avant sa mort et Lino Ventura si fin cuisinier... Les femmes aussi, "Jeanne", l'incontournable, celle qui l'a soutenu et nourri dans les mauvaises années, Püppchen la seule à partager son intimité. "Gibraltar" est toujours là qui veille à la mémoire de Georges comme il a veillé pendant 35 ans à sa tranquillité et à sa sérénité.

Informations complémentaires

Bibliographie

  • René Iskin, Dans un camp, Basdorf 1943, Georges Brassens et moi avions 22 ans, éd. Didier Carpentier, novembre 2005, isbn 2-841-67365-0
  • Jean-Claude Lamy, Brassens, le mécréant de Dieu, Éditions Albin Michel, 2004

Voir aussi

  • Hervé Bréal, Brassens de A à Z, éd. Albin Michel, 2001, isbn 2-226-11117-4

Liens externes

Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Actions
Wiki
Communauté
Dépôt multimedia
Boîte à outils