Les faux-fuyants (Sagan)

La culture en toute liberté.
Aller à : Navigation, rechercher

Françoise Sagan : les faux-fuyants

Référence : Françoise Sagan, "les faux-fuyants", éditions Julliard, 224 pages, 1991, isbn 2-260-00780-5

Un film a été tiré en 2000 de ce roman par Pierre Boutron, qu'il a adapté avec Tonino Benacquista. Dans les rôles des quatre "parisiens" : Arielle Dombasle (Luce Ader), Catherine Jacob (Diane Lessing), Nicolas Vaude (Bruno Delors), Laurent Spielvogel (Loïc Lhermitte).

tumbtumb
.......... Image du film ........................ l'exode en juin 1940 ........

« Qui moissonne en juin, récolte la tempête. » (proverbe beauceron)

Comme beaucoup de Français, Bruno Delors, Loïc Lhermitte, Diane Lessing et Luce Ader ces quatre représentants de la haute société parisienne, fuient l'avance allemande en juin 1940 dans une magnifique Chenard et Walcker. Mais après le mitraillage de la voiture par un Stuka et la mort de leur chauffeur, l'espoir de rejoindre Lisbonne va finir dans une ferme isolée de la Beauce.

Le drame de l'exode va alors se transformer en vaudeville, la confrontation entre les mœurs d'une certaine élite parisienne et celles de ces paysans, vire à la gaudriole deux mondes qui se côtoient et s'affrontent parfois, sans jamais chercher à se comprendre, tout juste à se tolérer. Rude confrontation avec la vie campagnarde, la boue du poulailler, la moisson à rentrer, les pommes à trier pour l'élégante Diane, les oies et les jars qui les attaquent, "j'irai-point" l'idiot du village toujours derrière Bruno, à le tarabuster...

Mais la pièce de boulevard se terminera en drame, futiles Français inconséquents défiant avec inconscience l'autorité du vainqueur allemand qui ne plaisante pas avec la discipline. Ainsi finirent-ils de cette dérisoire façon, sans que leur fin dérisoire ne déclenchât quelque compassion car il y faut, nous assure l'auteure, contrairement au plaisir et au bonheur, «  un décor, des détails, des circonstances précises.»

On peut y voir aussi la pérennité du monde rural face à l'émergence d'un nouveau mode de vie urbain qui écrase l'ancien, prend sans pitié sa place, le déclin inéluctable d'une classe évincée par le régime de Vichy.

Œuvres romanesques

  • Bonjour tristesse, éd. Julliard, 1954
  • Un certain sourire, Julliard, 1956
  • Dans un mois, dans un an, Julliard, 1957
  • Aimez-vous Brahms..., Julliard, 1959
  • Les Merveilleux Nuages, Julliard, 1961
  • La Chamade, Julliard, 1965
  • Le Garde du cœur, Julliard, 1968
  • Un peu de soleil dans l'eau froide, Flammarion, 1969 - rééd. Stock, 2010
  • Des bleus à l'âme, Flammarion, 1972 - rééd. Stock, 2009
  • Un profil perdu, Flammarion, 1974 - rééd. Stock, 2010
  • Le Lit défait, Flammarion, 1977 - rééd. Stock, 2010
  • Le Chien couchant, Flammarion, 1980 - rééd. Stock, 2011
  • La Femme fardée , Ramsay, 1981 - rééd. Stock, 2011
  • Un orage immobile, Julliard, 1983 - rééd. Stock, 2010
  • De guerre lasse, Gallimard, 1985
  • Un sang d'aquarelle, Gallimard, 1987
  • La Laisse, Julliard, 1989
  • Les Faux-fuyants, Julliard, 1991
  • Un chagrin de passage, Plon, 1993
  • Le Miroir égaré, Plon, 1996

Liens extenes
Commentaire Autres œuvres

Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Actions
Wiki
Communauté
Dépôt multimedia
Boîte à outils