Rainer Maria Rilke

La culture en toute liberté.
Aller à : Navigation, rechercher

RAINER MARIA RILKE A PARIS

            <<<<<<<< Voir aussi Rilke à Duino, Rilke à Muzot et Lou Andreas-Salomé >>>>>>>>

tumb tumb Portraits tumb Rilke et sa femme Clara

Ce séjour de Rilke dans la capitale française sera l’occasion d’une amitié étroite et durable avec le sculpteur Auguste Rodin. Jusqu’alors, il résidait au château de Haserdorf, village allemand dans le Schleswig-Holstein et pensait à écrire une monographie de Rodin, raison de sa venue à Paris. De plus, sa femme Clara Westhoff connaît bien Rodin dont elle a été l’élève quand elle étudiait la sculpture à Paris.

Rilke est alors un jeune poète inconnu âgé de 27 ans, intimidé par la célébrité et l’aura de Rodin. Il arrive à Paris à la fin du mois d’août 1902 et loue une chambre rue Toullier au quartier Latin, près du Luxembourg. Le 2 septembre, il écrit à sa femme Clara restée à Westerwede, village près de Brême où Rilke résida dans la ‘colonie d’artistes’. Le journal où il relate ces années, intitulé "Journal de Westerwede et de Paris", écrit en 1902, fut publié à titre posthume. Il l’informe sur ses premiers pas dans la capitale et sa rencontre avec Rodin : « Je suis allé pour la première fois chez Rodin, atelier 182 rue de l’université… Je l’aime beaucoup, je l’ai senti tout de suite. » Le courant passe puisque dès le lendemain, Rodin l’invite chez lui Villa des Brillants à Meudon. Si Rilke peut admirer les sculptures du maître, ce dernier ne peut goûter les vers du poète qui ne sont pas encore traduits en Français. Ils le seront quelques années plus tard mais dans des traductions encore insuffisantes.

tumb Rilke et Rodin

Rilke apprend beaucoup au contact de Rodin, avec une existence entièrement vouée au travail, qui lui répète : « Il faut travailler, rien que travailler, et il faut aussi avoir patience. » Les périodes que connaît Rilke où l’inspiration lui fait défaut, lui pèsent et il veut prendre exemple sur Rodin, écrivant plus tard qu’il est « dans le travail comme le noyau dans le fruit. » Il admire Rodin qui travaille sans relâche, sans état d’âme. En attendant ‘l’heure créatrice’, Rilke étudie le dictionnaire de Grimm, recherche l’exacte signification des mots, leur précision sémantique pour mieux exprimer ses propres conceptions littéraires. Il se met en condition pour se conformer à la devise du maître : « Travail et patience ».

A l’arrivée de sa femme Clara qui a laissé leur petite fille Ruth à ses parents dans le village d’Oberneuland près de Brême, ils déménagent dans un appartement plus grand rue de l’abbé de l’Epée. Il fréquente alors assidûment le Louvres et la Bibliothèque nationale. Sa monographie sur Rodin, "Auguste Rodin dessinateur", que Rilke écrit essentiellement en novembre-décembre 1902, illustrée et pourvue d’un catalogue des œuvres de Rodin, paraît en mars 1903 à Berlin dans la collection "Die Kunst". Mais Rilke connaît quelques ennuis de santé, une grippe persistante que, semble-t-il, n’arrange pas le climat parisien.

Aussi, le 19 mars 1903, Rilke part-il se soigner en Italie sous des cieux plus cléments, un climat plus sec. Lui qui tentait de suivre l’exemple de Rodin, de tirer profit de son expérience, va devenir à son tour, des cette époque, le mentor d’un jeune homme féru de littérature, Franz Xaver Kappus dont la correspondance va devenir l’une des œuvres les plus connues de Rainer Maria Rilke, ses "Lettres à un jeune poète".

tumbPortrait tumbSa femme Clara tumbSa statue à Ronda


Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Actions
Wiki
Communauté
Dépôt multimedia
Boîte à outils