Sur l'extension des genres grammaticaux en français

La culture en toute liberté.
Aller à : Navigation, rechercher
Note : cet article n'utilise pas les recommandations qu'il propose par soucis de faciliter de lecture. Cet article est un travail en cours, une version retranscrite en appliquant ces recommandations sera proposée une fois une version stable atteinte.

Avec la saine progression de la reconnaissance de la diversité dans nos sociétés, les archaïsmes sociaux gravés dans la langue française s’avèrent chaque jour plus gênant, comme autant de fardeaux entravant la pensée. Comment offrir un discours cohérent sur l’égalité des sexes quand on continue de rabâcher des les premières leçon de grammaire que le masculin l’emporte toujours sur le féminin.

Il s’agit d’encourager nos pensées et par suite l’ensemble de nos actes dans une direction. Une direction qui abandonne le désir de jouissance par la soumission, et lui préfère des chemins d’épanouissement par la satisfaction. Une satisfaction qui demande d’être à l’écoute de soi, y compris de notre empathie, et donc d’être à l’écoute de l’autre.

Aujourd'hui, ce n’est plus simplement la volonté dominatrice du viril sur le féminin qui nous apparaît comme des comportements sexistes. Aujourd'hui nous voyons des personnes qui né femme veulent se sexuer homme et inversement, nous voyons des personnes qui naviguent dans un flou entre ou en dehors de ces catégories, et qui s’épanouissent ainsi là où tout les traitements à leurs déviances ne saurait que les noyer dans le désespoir.

Bien sûr, ces comportement hors norme peuvent inquiéter, d'autant plus qu'elles échappent à la classification usuelle établie. Une classification qui se reflète dans notre langue, qui se refuse à nommer, tel un déni linguistique soutenant un conservatisme social. C’est pourquoi il me semble opportun, pour accompagner l’évolution de nos pensées, de nos sociétés, d’enrichir notre vocabulaire avec de nouveaux genres.

Le but est donc ici de lister les genres grammaticaux encore manquant dans le français courant, et de proposer des mots pour combler ces lacunes expressives. Il ne s'agit pour autant pas prétendre à l'exhaustivité de toute les situations possibles. Les limites principales seront l'expérience et l'imagination des auteurs. Cela étant, cette œuvre étant libre, tout à chacun pourra l'enrichir, il est recommandé de publier ces enrichissement à l'URL canonique :

https://www.culture-libre.org/wiki/Sur_l'extension_des_genres_grammaticaux_en_français

et les commentaires et autres critiques pourront se faire sur la page de discussion associée.

Sommaire

Les genres grammaticaux manquants au français

Le neutre asexué

L'absence d'un neutre est d'autant plus marquant qu'on le retrouve dans de nombreuses autres langues. Suggestion par la géométrie de l'objet de courbes féminines ou de forme phallique mis à part, la sexualisation d'objets de toute évidence dépourvu d'une quelconque dynamique sexuelle est en fait assez étonnante. Pourtant même dans des langues possédant un neutre on trouve une sexualisation de tels objets die Maschine (la machine), der Mond (le lune, traduction littéral qui nous montre bien l'arbitraire du procédé), alors que ce qui sans nul doute se perpétue par une dynamique sexuelle se voit attribuer un neutre : das Pferd (le cheval), das Rind (le bovin). Probablement, une majorité des concepts que nous employons couramment pourrait se décliner en un neutre asexué : le nombre, la neige, le feu, le neutre, etc. Possiblement, cela pourrait ajouter une barrière conceptuelle aux tentations d'anthropomorphisme. En tout les cas cela offrirait une typologie de genre bien plus cohérente et évidente. Dans une certaine mesure, ce neutre existe déjà en français : pour peut qu'on le considère comme un homonyme de son pendant masculin, le il de cet après midi, il pleut ne désigne pas un masculin[1].

L'agenre, l'intergenre, le pangenre, le genre androgyne, etc.

C'est le genre qu'il manque pour désigner les personnes qui ne se reconnaissent pas dans la conception binaire du genre sexué. Les désignations semble assez variées, et mes propres connaissances en la matière qui se résume à de la documentation ne me permette pas de percevoir si des différences concrètes existent, fussent-elles subtiles. Il ne s'agit pas de parquer de manière discriminatoire "les autres cas" dans un seul genre grammaticale. Simplement, pour des raisons pratiques, on ne saurait proposer autant de genre grammaticaux que de subtilité dans les profils psychologiques. D'ailleurs ici, il s'agit déjà d'un cas qui n'est pas applicable à toute personne en sentiment de déphasage vis à vis d'un archétype de genre imposé par des normes sociales. Les transgenres qui souhaitent adopter pleinement le sexe opposé à celui de leur naissance, certainement souhaiteront être désigné sous le genre adopté, féminin ou masculin.

Le groupe mixte

C'est le genre qu'il manque pour éviter de tomber dans le fameux archaïsme du masculin qui l'emporte toujours sur le féminin. C'est le genre qui correspond à la désignation d'un groupe de personnes, donc sexués, et de sexes variés.

Le groupe sexué indéterminé

Comme pour le précédent on parle d'un groupe d'individus sexués, mais dans un cadre ou l'on ne se préoccupe pas des sexes représentés. Il désigne un groupe abstrait de personnes, mixte ou non. Ici le français comprends déjà le pronom on pour exprimer ce genre, bien que celui-ci prends nécessairement à partie l'allocutaire. Dans le cas général, on emploie le genre établit du dernier mot employé groupe : Le groupe était arrivé à destination, il se reposa. La coterie repartie le lendemain à l'aube, elle avait pris du retard.

Propositions de nouvelles règles de grammaire palliant les manques et le sexisme de la grammaire française

Nous allons maintenant, pour chacun des genres précédemment exposés :

  • proposer des articles et pronoms ;
  • expliciter les recherches qui ont conduit à ces propositions ;
  • expliciter les règles de grammaire associés ;
  • donner des exemples d'usages.

Le neutre asexué

L'article indéfini asexué singulier uno

Le choix de uno est motivé par :

  • la proximité lexicale avec les articles indéfinis féminin et masculin du français : une et un ;
  • étymologiquement, uno[2] correspond à l'ablatif singulier neutre (et masculin) du latin unus (ceci, celui-ci) ;
  • uno est l'article défini du masculin singulier en espagnol.

Ici le mot est bien entendu à prononcer à la française : /yno/, comme dans une eau. Exemple qui nous amène à une critique possible de cette proposition, à savoir que uno eau peut paraître pour le moins étrange, de même que pour tout les mots commeçants par /o/ ou /ɔ/, voir par /no/ et /nɔ/. Ce à quoi on répondra que ce n'est qu'une question d'habitude, et qu'on peut déjà dire en français des phrases aux consonnances alambiqués :

  • il était en première page, il a fait une une, une unanimité, etc. ;
  • hein, un Hun humble ?.

Pour ce qui est des accords des adjectifs, il serait bien sûr possible de marquer le neutre à l'instar du féminin, mais il me semble préférable de limiter l'adjonction de règles à la grammaire déjà fort complexe du français. C'est pourquoi je proposerais plutôt de calquer les accords sur l'actuel masculin. C'est d'ailleurs à mon avis le masculin qui devrait plutôt être marqué à l'instar du féminin si l'on souhaitait réellement faire un tel type d’adjonction en visant une parité sous la forme d'une symétrie grammaticale.

Quelques exemples :

  • uno idée brillant ;
  • uno table blanc ;
  • uno stylo noir ;
  • uno nouvel ordinateur.

Notons que pour l'article indéfini pluriel, on pourra utiliser des, tout comme pour le masculin et le féminin.

L'article défini lo

Le choix de lo est motivé par :

  • la proximité lexicale avec les articles définis féminin et masculin du français : la et le ;
  • on utilise la même lettre o que précédemment avec uno pour marquer le même genre ;
  • lo est l'article défini du neutre en espagnol et en italien, c'est également un article défini (masculin) singulier en latin.

Même remarque que précédemment pour les accords des adjectifs.

Quelques exemples :

  • lo beau soleil ;
  • lo long journé ;
  • lo sombre nuit ;
  • l'espoir (l'élision reste valable).

Notons que pour l'article défini pluriel, on pourra utiliser les, tout comme pour le masculin et le féminin.

Les pronoms personnels ol et ols

Le choix de ol est motivé par :

  • la proximité lexicale avec les pronoms personnels féminin et masculin du français : elle et il ;
  • on utilise la même lettre o que précédemment avec uno et lo pour marquer le même genre ;
  • ol est pronom de la troisième personne du pluriel (elles, eux, ils) en bichlamar ;
  • ol est l'abréviation d’olu en ido, pronom personnel singulier (elle, il, lui) ;
  • ol est pronom personnel de la troisième personne singulier en turkmène (elle, il).

Même remarque que précédemment pour les accords des adjectifs.

Pour le pronom personnel de la troisième personne du pluriel neutre asexué, on pourra utiliser ols, calqué sur ils, les verbes étant à conjuguer classiquement, tout en appliquant la règle qui a été avancée pour l'accord des adjectifs.


Quelques exemples :

  • ol pleut ;
  • les nuages sont poussés par uno léger brise, ols avancent lentement.

Le pangenre

Note : dans le reste de cet article on emploi pangenre pour l'ensemble des types rentrant dans les cas décrit dans la section L'agenre, l'intergenre, le pangenre, le genre androgyne, etc..

Les pronoms pangenre personnels ul et uls

Le choix de ul est motivé par :

  • la proximité lexicale avec les pronoms personnels féminin et masculin du français : elle et il ;
  • la lettre u permet de forger également un article défini et indéfini en plus des pronoms personnels comme il a été précédemment fait avec o pour le neutre asexué, tandis que les autres voyelles de l'alphabet latin amène toute à au moins un mot existant lorsqu'on utilise cette méthode de proximité lexicale pour forger de nouveau mots ;
  • en roumain, le suffixe -ul est utilisé comme article défini (la, le, les en français classique) et pour les substantifs masculins et neutres qui ne se terminent pas par -e.

Même remarque que précédemment pour les accords des adjectifs.

Pour ce qui est des accords des adjectifs, on se contentera de calquer ce qui correspond classiquement à la forme masculine pour le même nombre, pour les mêmes raisons de simplicité qu'évoquées jusque là. Encore une fois, bien qu'on parle ici de se calquer sur le genre masculin pour des raisons d'appellation historique, conceptuellement il est plus exact de dire que nous calquons le genre neutre. Aussi, dans l'usage ici proposé c'est la spécificité grammaticale du genre féminin qui fait figure d'exception superfétatoire[3] et absolument pas le genre masculin qui est considéré comme la figure normative dont tout écart relève de l'anomalie. Il serait plus simple de s'approcher d'une cohérence linguistique en supprimant une majorité des spécificités du genre féminin, qu'en ajoutant des accords spécifiques pour chaque genre. Pour ceux qui souhaiterait explorer cet piste, que nous ne présenterons pas plus en avant ici, il serait par exemple possible d'utiliser le pronom èl (voir carrément el) et son pendant avec s pour le pluriel.

Pour le pronom personnel de la troisième personne du pluriel pangenre, on pourra utiliser uls, calqué sur ils, les verbes étant à conjuguer classiquement, tout en appliquant la règle qui a été avancée pour l'accord des adjectifs.

Quelques exemples :

  • ul est super sympa ;
  • uls sont ponctuels.

L'article indéfini pangenre singulier unu

Le choix de uno est motivé par :

  • la proximité lexicale avec les articles indéfinis féminin et masculin du français : une et un ;
  • en ido, unu est un pronom désignant un ou une personne ;
  • on emploi la lettre u comme dans ul et uls.

Ici le mot est bien entendu à prononcer à la française : /yny/, comme dans une nubile.

Même remarque que précédemment pour les accords des adjectifs.

Pour l'article indéfini pluriel, on pourra utiliser des, tout comme pour le masculin et le féminin.

Quelques exemples :

  • unu androgyne est unu de mes camarade de classe ;
  • unu ami.


L'article pangenre défini lu

Le choix de lu est motivé par :

  • la proximité lexicale avec les articles définis féminin et masculin du français : la et le ;
  • en ido lu est un pronom personnel pour les personnes qui ne souhaitent pas spécifier un genre[4] ;
  • on emploi la lettre u comme dans ul, uls et unu.

Bien évidemment lu à l’inconvénient d’être un homonyme du participe passé du verbe lire, mais gageons que le contexte de son emploi suffit probablement à systématiquement à les distinguer, et pour les éventuels cas tordus, on pourra faire disparaître toute ambiguïté en complétant la phrase comme pour n’importe quel autre événement du genre.

Même remarque que précédemment pour les accords des adjectifs.

Quelques exemples :

  • lu boulanger ;
  • lu bel inconnu.

Notons que pour l'article défini pluriel, on pourra utiliser les, tout comme pour le masculin et le féminin.

Le groupe mixte

Le pronom personnel mixte als

Le choix de als est motivé par :

  • la proximité lexicale avec les pronoms personnels féminin et masculin du français : elles et ils ;
  • la lettre a est la seule lettre de l’alphabet latin encore inemployé dans l’emploi d’une construction du type lettre + ls ne crée pas de conflit avec d’autres mots existant ou fait par ailleurs dans cet article ;
  • en breton al est un article définie pouvant signifier le, la ou les.


Même remarque que précédemment pour la conjugaison et les accords des adjectifs.

Quelques exemples :

  • Une femme, un homme, uno coup de foundre : als s’aiment ;
  • Une petite fille et un petit garçon jouent dans uno bac à sable, ensemble als baptisent uno ville de sable.

Le groupe sexué indéterminé

L'article défini et sexué indéterminé li

Le choix de li est motivé par :

  • la proximité lexicale avec les articles définis féminin et masculin du français : la et le ;
  • la lettre i est la seule lettre de l’alphabet latin encore inemployé dans une construction du type l + lettre qui ne crée pas de conflit avec d’autres mots existant ou utilisé par ailleurs dans cet article ;
  • en ancien français, li est un article défini ;
  • en francoprovençal li est article défini masculin pluriel (équivalent de les).

Même remarque que précédemment pour les accords des adjectifs.

Quelques exemples :

  • Li groupe de musique.

Notons que pour l'article défini pluriel, on pourra utiliser les, tout comme pour le masculin et le féminin.

Le pronom personnel sexué indéterminé al

Le choix de al est motivé par :

  • les mêmes motifs que pour als.

Même remarque que précédemment pour les accords des adjectifs.

Quelques exemples :

  • Li groupe était arrivé à destination, al se reposa. Li coterie repartie lo lendemain à l'aube, al avait pris du retard.


Sur l'ordre d'énonciation des personnes

Loin de la discrimination positive de l'adage les femmes et le enfants d'abord, nous recommanderons d'énumérer les protagonistes d'une phrase dans l'ordre alphabétique, sauf évidemment si un impératif contextuel rendrait un autre ordre plus approprié, par exemple présenté des enfants du cadet à l'ainé ou inversement.

Quelques exemples (usant également des règles précédemment proposées) :

  • lo féminin, lo masculin et lo neutre[5] ;
  • la femme, la fille, le garçon et l'homme ;
  • mesdames, messieurs ;
  • un mec et une nana ;
  • un cheval et une jument ;
  • Ada, Bob, Chloé, Dominique, Ève, etc.

Récapitulatif

Notes et références

  1. Note hors de propos du sujet qui nous intéresse ici, ce il ne désigne même rien du tout, la formulation nous évite de longue périphrase comme je perçois que des gouttes d'eau tombent du ciel, et c'est en ce sens qu'on pourra signifier un propos comme il pleut, certainement pas en cherchant à dénoter une entité autonome à rattacher à ce il.
  2. Sauf précision, les comparaison proposé se base sur l'orthographe commune, et non sur la prononciation
  3. Ce propos porte sur le genre féminin 'grammatical, soyons clair, nul misogynie ou dénie de spécificité pour les personnes qui se sentent femme.
  4. Du moins c’est ce qu’y m’est donné de comprendre du wikvortaro : Se on ne volas uzar ula genro, on povas uzar neutrale la formo lu, qua esas personala pronomo por
  5. On utilise le neutre asexué car féminin est bien un concept abstrait, et pas un individu sexué.

liens externes

Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Actions
Wiki
Communauté
Dépôt multimedia
Boîte à outils