Un seul…

La culture en toute liberté.
Aller à : Navigation, rechercher


Informations légales

Cette œuvre est basée sur une œuvre originale sous licence art libre.

Source : http://www.okedomia.com/2007/09/18/un-seul/

Auteurs de l'œuvre originale : Eleken Traski

Licences : N/A

La pluie tombé battante à l’extérieur de la cabane. Le vieil Hector soupira devant la fenêtre qui n’avait plus de carreaux depuis longtemps. Il marcha jusqu’au vieux lit sentant le moisis en contournant les pots et bassines qui peu à peu se remplissaient des gouttes de pluie qui passaient au travers du toit aussi grevé de trous que la peau d’Hector. Il se pencha sur la Boîte et la pris dans ses mains… Combien d’années maintenant, pouvait-on encore parler d’années… De siècles peut-être… Hector ne savait plus, mais il en avait l’impression. Il portait le lourd fardeau d’être le dernier, et même de sa vie prolongée, il lui restait un choix déterminant à faire. Il se remémora, comme toujours, comme chaque jour, ce jour. Ce jour où il est venu à lui, sous les trait d’un marchand, grand et distingué, petite moustache fine et bien taillée. Il lui avait ouvert la porte, à l’époque il vivait en ville, au milieu des autres êtres humains, et l’avait écouté lui parlait. Il lui avait vendu la Boîte en lui disant ceci, c’est objet exaucerait un souhait unique, en échange de quoi, son âme serait propriété du marchand… Pour faire le souhait, rien de plus simple, il suffisait d’ouvrir la Boîte, et de parler à l’intérieur, énoncer son souhait, puis de la fermer… Mais s’il regrettait son geste, il pouvait la rouvrir et le voeux serait annulé… Par contre immédiatement l’auteur du souhait mourrait… Hector, comprit que c’était le Diable en personne qui venait de frapper à sa porte, et bien qu’ayant pâlit, il lui demanda de sortir, ce que le marchand fit… Mais quand Hector eut claqué la porte, la Boîte était encore là… Pourtant Hector était certain que le marchand était partis avec. Effrayé, mais ne pouvant se résoudre à prendre le risque de s’en débarrasser, Hector la rangea au sous-sol, prenant bien soin de ne pas parler devant elle… Et il l’oublia…

Des années plus tard, sa femme mourût d’un accident, renversée par une calèche sous ses yeux… Quelques jour plus tard, il repensa à la Boîte, et la sortit de la cave… Il l’ouvrit, mais ne fit pas son souhait tout de suite… Il resta là, pendant une heure à réfléchir possément à ce qu’il lui fallait demander… Et il souhaita ceci, il souhaita ne jamais voir personne mourir sous ses yeux, et il ferma la Boîte… Et il ne se passa rien, du moins le cru t-il pendant quelques minutes… Jusqu’à ce qu’il jette un coup d’oeil à l’extérieur… La rue était vide de toute âme… Et la ville aussi… Hector depuis avait parcouru le monde sans jamais plus voir un seul être humain… Et maintenant, vieux depuis d’innombrables années, il ne mourrait pas… Car il ne pouvait mourir devant ses yeux… Il devait faire un choix… Redonner à la terre l’humanité, mourir et brûler en Enfer… Ou vivre éternellement mais seul… Deux châtiments, deux plaies, deux exécution…

Un jour de pluie, encore un… Doucement, il souleva le couvercle d’où s’échappa la plainte de millions d’âmes torturées et le souffle chaud, emplie de souffre, de l’antre du marchand…

Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Actions
Wiki
Communauté
Dépôt multimedia
Boîte à outils